⁢i. Gaston Fessard, témoin de notre temps

Pour bien comprendre l’importance et la nature de l’action à entreprendre, il n’est pas inutile de faire un petit détour éclairant par la pensée du P. Gaston Fessard⁠[1]. Deux de ses meilleurs interprètes, Frédéric Louzeau et Dominique Serra-Coatanea, nous aideront dans cette tâche.

Le P. Louzeau, à partir de l’ensemble des oeuvres du P. Fessard, y compris celles qui ne sont pas encore publiées, entreprend, dans un travail monumental de décrire son « anthropologie sociale »[2] en s’appuyant tout particulièrement sur Le Mystère de la Société[3].

D. Coatanea⁠[4] s’appuie surtout sur Autorité et bien commun, Aux fondements de la société[5] et associe à son analyse deux autres œuvres du jésuite : Pax nostra, Examen de conscience international[6] et Collaboration et résistance au pouvoir du Prince-Esclave,⁠[7]

Le travail de D. Coatanea montre que l’on retrouve l’essentiel de la pensée du P. Fessard dans la définition du bien commun donnée dans Gaudium et spes (26 et 74), dans Caritas in veritate et dans Laudato si’ (157). C’est dire l’importance des travaux du célèbre jésuite.

Si la notion de bien commun sous-tend l’enseignement social depuis sa naissance, elle a incontestablement été approfondie et actualisée par le P. Gaston Fessard.

C’est la dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola⁠[8]qui fournit au P. Fessard la méthode de discernement qu’il va appliquer aux événements -par ailleurs dramatiques- de l’actualité. Comment comprendre cette méthode dialectique ? En fait, elle « veut rendre compte, au plan de la pensée, de toute la complexité du réel ; c’est pourtant un fait que la réalité dont notre esprit doit saisir la structure est composée de contraires et que, pour ainsi dire, elle en vit. »[9] Il s’agit de trouver l’unité profonde des Exercices dans la tension entre l’élection -le choix de vie- qui implique la liberté personnelle et l’union à Dieu, autrement dit, « apprendre à vivre en Dieu, selon sa liberté »[10], ou, si l’on veut, associer le rationnel et le surnaturel. Immédiatement, le P. Fessard perçoit l’intérêt toujours actuel de la démarche enseignée par saint Ignace : « Aujourd’hui, nul esprit averti ne peut douter que le grand problème posé à notre temps ne soit celui de l’existence historique de l’homme. qu’est-ce que cet être historique qui nous constitue ? Quel est le sens de l’histoire où nous sommes embarqués ? Comment la vérité est-elle possible à l’être plongé dans la relativité perpétuellement mouvante des événements ? de quelle liberté y jouit-il ? »[11]

Telles sont les questions auxquelles il va tenter de répondre tout au long de sa vie face aux tensions historiques qu’il vit, entraîné qu’il est au discernement intellectuel et spirituel⁠[12].

Avant la seconde guerre mondiale, Fessard, va s’atteler à tenter de « réconcilier » le pacifisme et le nationalisme⁠[13] qui s’affrontent en « recueillant leur part respective de vérité, en corrigeant les erreurs et en les réalisant l’un part l’autre. »⁠[14] Durant la guerre, dans le même esprit, il examinera l’argumentation des collaborateurs et des résistants pour discerner le chemin à suivre⁠[15]. Il scrutera en profondeur les idéologies nazie et marxiste⁠[16] pour nous offrir une réflexion majeure sur la genèse des sociétés, de la plus élémentaire à la plus vaste, à l’échelle du monde⁠[17]. Après la guerre, il interpellera encore les marxistes et les démocrates. On aurait tort de croire que sa tâche était terminée la chute du nazisme et la fin du communisme qu’il prévoyait. En 1968, dans la postface qu’il ajoute dans une réédition d’Autorité et bien commun[18], après le mai turbulent, il écrit : « Face au nazisme, j’ai cru nécessaire autrefois d’écrire France, prends garde de perdre ton âme ! (1941)[19], puis face au Communisme, France, prends garde de perdre ta liberté ! (1945)[20], m’inspirant uniquement des principes d’Autorité et Bien commun (…). Mais aujourd’hui, pour dénoncer la puérilité des attitudes et l’infantilisme des réflexions suscitées chez trop d’adultes par les événements de mai et la marée contestataire qui s’ensuivit, il suffira, je l’espère que la réédition de ce petit livre s’achève sur une mise en garde, nouvelle et complémentaire des deux précédentes : FRANCE, PRENDS GARDE DE PERDRE LA RAISON. » L’ouvrage offre donc, selon l’auteur, un instrument propre à dénoncer toute idéologie, toute dérive et à poursuivre, en toute circonstance, le bien commun.


1. 1897-1978.
2. LOUZEAU Frédéric, L’anthropologie sociale du père Gaston Fessard, PUF, 2009. Parmi les ouvrages les plus récents, on peut aussi citer ces auteurs qui ont aussi tenté une synthèse : SALES Michel, Gaston Fessard, 1897-1978: genèse d’une pensée, Culture et vérité,1997 ; AUMONT Michèle, Philosophie sociopolitique de Gaston Fessard, Cerf, 2004 ; PETRACHE Ana, Gaston Fessard, un chrétien dialectique ?, Cerf/Patrimoines, 2017.
3. FESSARD Gaston, Le Mystère de la Société, Recherches sur le sens de l’histoire, (1948) Editions Lessius, 1997.
4. Outre Le défi actuel du Bien commun dans la doctrine sociale de l’Église, Etudes à partir de l’approche de Gaston Fessard s.j., op.cit., on peut se référer aussi à : Justice et charité dans l’Encyclique Caritas in veritate à la lumière de Gaston Fessard (1897-1978), in Revue d’éthique et de théologie morale, 2015/2 n° 284, pp. 65-113, disponible sur https://www.cairn.info/revue-d-ethique-et-de-theologie-morale-2015-2-page-65.htm ; Penser le bien commun avec Gaston Fessard s.j. (1897-1978), in DEMBRINSKI Paul H. et HUOT Jean-Claude (sous la direction de) ; Le bien commun par-delà les impasses, Saint-Augustin, 2017, pp.57-74 ; Bien commun http://www.doctrine-sociale-catholique.fr/index.php?id=6740 ; La dynamique du bien commun, Université d’été du diocèse de Valence, 2014, sur https://www.youtube.com/watch?v=TSixR6SQJV0 ; Le bien commun., de G. Fessard au concile Vatican II, colloque « Entreprendre : entre innovation, responsabilité et solidarité Pour un nouvel humanisme social », co-organisé par la Faculté de Philosophie et le CRESO de l’Université Catholique de Lyon, 11 et 12 mai 2017, sur https://www.youtube.com/watch?v=TdIZa39Zr9s
5. Aubier, 1944. Réédité en 2015 par Ad Solem. Nos références renvoient à l’édition de 1944.
6. Grasset, 1936.
7. Rédigé en 1942 et publié en 2009 par F. Louzeau, in op. cit.
8. FESSARD Gaston, La dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, tome I, Aubier, 1956 ; tome II, Fondement, péché, orthodoxie, Aubier, 1966 ; tome III, Symbolisme et historicité, Lethielleux/Culture et vérité, 1984. A propos de cet ouvrage, G. Fessard écrit : « Depuis qu’il a été écrit (1931) [cet essai] n’a cessé d’orienter, pour ainsi dire en sous main, notre réflexion à mesure qu’elle s’exerçait sur les sujets les plus divers et en apparence les plus éloignés de la spiritualité ignatienne […​]. Il doit aussi sauter aux yeux qu’en analysant avec quelques rigueurs sa situation au milieu des péripéties diverses et en traitant des problèmes politiques et religieux qui s’y entrecroisaient, la conscience ne pouvait pas ne pas rencontrer à chaque fois le même problème fondamental : celui de l’actualité historique et de la libre décision par laquelle s’y constitue la réalité humaine, tant sociale qu’individuelle. On s’étonnera donc moins de nous voir affirmer ceci : bien que la plupart de nos écrits aient été suscités par l’actualité du jour, il n’en est pas un cependant où notre réflexion n’ait été constamment guidée par les analyses que nous avait antérieurement suggérées cette étude des Exercices ».(La dialectique des Exercices spirituels de saint Ignace de Loyola, tome I, op. cit., p. 17.
9. MARTELET, Gustave, sj, La dialectique des Exercices spirituels, in Nouvelle Revue Théologique, 78, n°10, 1956, p.1044.
10. LECRIVAIN Philippe, sj, Les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola, un chemin de liberté, in Revue d’éthique et de théologie morale, 2, n°234, Cerf, 2005, p85.
11. La dialectique des Exercices spirituels, tome I, op. cit., p.7, cité in MARTELET Gustave, op. cit., p.1045.
12. Ce discernement, G. Fessard le présente comme un examen de conscience qui est comme une pesée afin de « construire, décrire une attitude positive capable d’être vécue […​], un fil directeur en des matières […​] complexes ».( Pax nostra, Examen de conscience international, Grasset, 1936 ; Epreuve de force, Réflexions sur la crise internationale, Bloud et Gay, 1939, Introduction, p. IX).
13. Pax nostra ; examen de conscience international, op. cit.
14. LOUZEAU Frédéric, op. cit., p. 386, note 1.
15. Au temps du Prince-esclave, Ecrits clandestins et autres écrits, (1940-1945), réédition chez Critérion, 1989.
16. Sa connaissance aigüe de la pensée de Marx produira Le dialogue catholique-communiste est-il possible ?, Grasset, 1937 ; Chrétiens marxistes et théologie de la libération, Lethielleux/Culture et vérité, 1978.
17. Le Mystère de la Société, Recherches sur le sens de l’histoire, (1948), op. cit..
18. Aubier-Montaigne, 1969.
19. French & European Publications, 1945.
20. Témoignage chrétien, 1946.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)