⁢c. L’autorité de la raison.

La démocratie refuse de faire une différence de nature entre gouvernés et gouvernants. Tous les citoyens sont égaux. L’autorité ne peut donc plus, en principe, s’appuyer sur une supériorité intrinsèque. L’homme « quelconque » investi du pouvoir ne pourra fonder son autorité que sur « la réalisation d’un projet de la raison, rendue possible par la relation du commandement et de l’obéissance »[1].

En fait, sans gommer pour autant l’importance du gouvernant, c’est la loi, pour ainsi dire qui fait autorité.

Même Platon attaché à l’idée d’un roi, père de famille et philosophe prévoit que s’il est impossible de trouver le sage digne de gouverner, il faut s’en remettre à la loi pour « échapper à la fois à l’incompétence populaire et à l’arbitraire du despote »[2].

Ce gouvernement par la loi établit l’état de droit qui est considéré comme un des piliers essentiels de la démocratie.

Le gouvernement exercé par le « père », le « savant » ou le « leader charismatique », repose sur un certain pessimisme puisque les gouvernés sont considérés comme incapables, incompétents, égoïstes, trop « petits », l’état de droit est résolument optimiste, fondé sur l’idée d’égalité entre les hommes⁠[3]. Ce gouvernement fondé sur la raison exige qu’on s’efforce de rendre raisonnables, capables de raisonner, le plus grand nombre d’hommes. Nous avons vu précédemment ce lien nécessaire entre la démocratie et l’éducation.


1. DELSOL Ch., op. cit., p. 47.
2. Id., p. 48.
3. Nous savons que tous les hommes sont investis d’une même dignité, tous créés à l’image et à la ressemblance d’un Dieu qui les a rejoints dans leur histoire pour qu’à leur tour, comme dit audacieusement saint Augustin, ils deviennent Dieu. Toutefois, l’idée d’égalité n’est pas tout à fait étrangère à l’intelligence païenne. Ainsi, Aristote se basant simplement sur l’expérience, écrit: « Assurément si certains individus différaient des autres dans la même mesure que nous supposons les dieux et les héros différer ders hommes (en possédant une grande supériorité tout d’abord d’ordre physique, et ensuite d’ordre intellectuel), de telle sorte que la supériorité des gouvernants fut incontestable pour leurs sujets, il serait évidemment préférable que ce fussent les mêmes individus qui remplissent de façon permanente, les uns le rôle de gouvernants et les autres celui de gouvernés, et cela une fois pour toutes. Mais comme cette inégalité naturelle n’est pas facile à rencontrer (…), on voit clairement que, pour de multiples raisons, tous les citoyens doivent nécessairement avoir pareillement accès à tour de rôle aux fonctions de gouvernants et à celles de gouvernés. L’égalité demande, en effet, qu’on traite de la même manière des personnes semblables » (Politique, VII, 14, 1332 b, 15 et s.)
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)