⁢d. Responsabilité des travailleurs

Loin donc de l’idée du Pape de porter atteinte à la liberté de propriété et d’entreprendre et aux responsabilité propres du chef d’entreprise dont l’autorité est affirmée, certes, mais, ici comme ailleurs, comme service d’une communauté particulière et de la grande communauté nationale et humaine.

Sa mission est de faire fructifier un héritage « pour le bien de tous et avec la collaboration de tous »[1]. Les fonctions sont différentes mais l’entreprise est une communauté où tous « coopèrent à une œuvre commune »[2].

L’entreprise n’est pas l’expression légitime de la liberté, de la créativité, de l’initiative d’un homme, le propriétaire ou son représentant mais de tous, patrons, dirigeants, employés, ouvriers⁠[3] : « ce sont des personnes qui sont associées entre elles, disait le Concile, c’est-à-dire des êtres libres et autonomes, créés à l’image de Dieu ».⁠[4]

Jean-Paul II va accentuer davantage cet aspect. En effet, aujourd’hui, « devient toujours plus évident et déterminant le rôle du travail humain maîtrisé et créatif et, comme part essentielle de ce travail, celui de la capacité d’initiative et d’entreprise. »⁠[5] Désormais, « avec la terre, la principale ressource de l’homme, c’est l’homme lui-même. (…) C’est son travail maîtrisé, dans une collaboration solidaire, qui permet la création de communautés de travail (…).L’économie moderne de l’entreprise comporte des aspects positifs dont la source est la liberté de la personne (…), dans ce secteur, comme en tout autre, le droit à la liberté existe, de même que le devoir d’en faire un usage responsable. (…) Si, autrefois, le facteur décisif de la production était la terre, et si, plus tard, c’était le capital, compris comme l’ensemble des machines et des instruments de production, aujourd’hui le facteur décisif est de plus en plus l’homme lui-même, c’est-à-dire sa capacité de connaissance qui apparaît dans le savoir scientifique, sa capacité d’organisation solidaire et sa capacité de saisir et de satisfaire les besoins des autres. »[6] Autrement dit, dans une formule simple et riche de sens , « plus que jamais aujourd’hui, travailler, c’est travailler avec les autres et travailler pour les autres. »[7]

La responsabilité personnelle, au plein sens du terme, pas seulement donc la responsabilité professionnelle, doit pouvoir s’exprimer et s’exercer dans l’entreprise et à tous les niveaux : « l’entreprise est appelée à réaliser (…) une fonction sociale -qui est profondément éthique- : celle de contribuer au perfectionnement de l’homme, de chaque homme, sans aucune discrimination ; en créant les conditions permettant un travail où les capacités personnelles puissent se développer de pair avec une production efficace et raisonnable des biens et des services, et qui rende l’ouvrier conscient de travailler réellement dans un domaine qui lui est propre. »[8]

Il est de la responsabilité du chef d’entreprise de favoriser l’exercice de la responsabilité de ses collaborateurs. L’entreprise, dans « une organisation solidaire », doit donc devenir une « communauté de travail », une  »communauté de vie », un lieu « où l’homme vive avec ses semblables et ait des relations avec eux ; et où le développement personnel soit non seulement autorisé mais favorisé. »Il ne faut pas se contenter « de ce que « les choses marchent », soient efficaces, productives et efficientes » mais plutôt « que les fruits de l’entreprise aboutissent à un profit pour tous par l’intermédiaire de la promotion humaine globale (…). »⁠[9]

De là, le souhait réitéré par Jean-Paul II de voir, dans la mesure du possible, les travailleurs participer à la gestion de l’entreprise.⁠[10] Rappelons-nous aussi que « comme, bien souvent, ce n’est déjà plus au niveau de l’entreprise, mais à des instances supérieures, que se prennent les décisions économiques et sociales dont dépend l’avenir des travailleurs et de leurs enfants, ceux-ci doivent également participer à ces décisions, soit par eux-mêmes, soit par leurs représentants librement choisis. »[11]

Vu l’évolution de l’entreprise et le contexte socio-économique dans lequel elle s’inscrit, les syndicats sont appelés à se rénover, à « s’orienter vers l’assomption de plus grandes responsabilités, non seulement dans le cadre des mécanismes traditionnels de la redistribution, mais aussi à l’égard de la production de la richesse et de la création de conditions sociales, politiques et culturelles qui permettent à tous ceux qui peuvent et désirent travailler d’exercer leur droit au travail, dans le plein respect de leur dignité de travailleurs. »[12]

La propriété, si elle est un bien, n’est pas réservée à quelques hommes. On l’a vu à de nombreuses reprises, elle doit être diffusée et il faut en faciliter l’accès au plus grand nombre possible. Ce qui a été dit du droit à la propriété privée, « subordonné à celui de l’usage commun, à la destination universelle des biens »[13] est valable aussi pour la propriété des moyens de production, que cette propriété soit privée, publique ou collective⁠[14].

Traditionnellement, le moyen privilégié d’y accéder est le salaire, produit de la justice commutative. Traditionnellement, la propriété promise, au bout de l’épargne, est celle d’une maison, d’un bout de terrain, d’un atelier artisanal ou d’une entreprise agricole familiale. Progressivement, d’autres revenus du travail ont été envisagés et d’autres formes de propriété. Jean-Paul II confirme ce mouvement en rappelant que « la loi fondamentale de toute activité économique est le service de l’homme, de tous les hommes et de tout l’homme, dans sa pleine intégrité matérielle, intellectuelle, morale, spirituelle et religieuse. Par conséquent, les profits n’ont pas comme unique objectif le développement du capital. Ils sont aussi destinés au sens social, à l’amélioration du salaire, aux services sociaux, à la qualification technique, à la recherche et à la promotion culturelle, par le biais de la justice distributive. »[15]

Jean-Paul II reprend à ses prédécesseurs les « propositions concernant la copropriété des moyens de travail, la participation des travailleurs à la gestion et/ou aux profits des entreprises, ce que l’on nomme l’actionnariat ouvrier, etc. » Et il ajoute : « quelles que soient les applications concrètes qu’on puisse faire de ces diverses propositions, il demeure évident que la reconnaissance de la position juste du travail et du travailleur dans le processus de production exige des adaptations variées même dans le domaine du droit de propriété des moyens de production. »[16]

L’accès aux biens se fait donc par le biais de la justice commutative mais il peut être, en plus, favorisé par la justice distributive à partir du profit de l’entreprise⁠[17]. En même temps, les travailleurs peuvent être invités à une forme ou l’autre de co-propriété des moyens de production. Jean-Paul II réaffirme ainsi une idée chère aux catholiques sociaux du XIXe siècle.⁠[18] Il veut opposer « une société du travail libre, de l’entreprise et de la participation », au système qui veut « assurer la primauté absolue du capital, de la propriété des instruments de production et de la terre sur la liberté et la dignité du travail de l’homme » et, en même temps, au « système socialiste, qui se trouve être en fait un capitalisme d’État ».⁠[19]

Et si le profit est un « indicateur du bon fonctionnement de l’entreprise », il « n’est pas le seul indicateur de l’état de l’entreprise. Il peut arriver que les comptes économiques soient satisfaisants et qu’en même temps les hommes qui constituent le patrimoine le plus précieux de l’entreprise soient humiliés et offensés dans leur dignité. Non seulement cela est moralement inadmissible, mais cela ne peut pas ne pas entraîner par la suite des conséquences négatives même pour l’efficacité économique de l’entreprise. En effet, le but de l’entreprise n’est pas uniquement la production du profit, mais l’existence même de l’entreprise comme communauté de personnes qui, de différentes manières, recherchent la satisfaction de leurs besoins fondamentaux et qui constituent un groupe particulier au service de la société tout entière. Le profit est donc un régulateur dans la vie de l’établissement mais il n’est pas le seul ; il faut y ajouter la prise en compte d’autres facteurs humains et moraux qui, à long terme, sont au moins aussi essentiels pour la vie de l’entreprise. »[20]

Il est clair que l’enseignement de l’Église tend à assurer prioritairement la promotion globale de la personne. Cette promotion globale de la personne-ci doit être la fin de toute entreprise qu’elle soit privée, publique, collective. La croissance personnelle dans la solidarité l’emporte dans tous les cas de figures. Nous avons vu que, tout en défendant le droit à la propriété pour tous, jamais l’Église n’a considéré que la propriété privée était le seul mode d’accès aux biens de ce monde.

L’entreprise « socialisée »

A travers l’histoire, Les différents textes ecclésiaux consacrés à l’entreprise ont estimé que, dans certains domaines et à certaines conditions, l’entreprise pouvait être une entreprise publique. Pie XI parlait de biens qui « doivent être réservés à la collectivité »[21], Pie XII de nationalisation ou socialisation de l’entreprise (…) dans les cas où elle s’avère indispensable au bien commun ».⁠[22]

Jean-Paul II va reprendre ce terme de « socialisation » mais d’une manière positive cette fois en notant que « le simple fait de retirer ces moyens de production (le capital) des mains de leurs propriétaires privés ne suffit pas à les socialiser de manière satisfaisante ».⁠[23] On, va se rendre compte que « socialiser », au plein sens du terme, ce n’est pas transférer un pouvoir à la société mais plutôt instituer, comme il l’a décrit plus haut, une véritable participation à la propriété du capital. Ce n’est pas parce qu’une propriété est entrée dans un système collectiviste que l’entreprise est, par le fait même, socialisée. Pour lui, la véritable socialisation n’est réalisée que « si chacun, du fait de son travail, a un titre plénier à se considérer en même temps comme co-propriétaire du grand chantier de travail dans lequel il s’engage avec tous. Une des voies pour parvenir à cet objectif pourrait être d’associer le travail, dans la mesure du possible, à la propriété du capital, et de donner vie à une série de corps intermédiaires à finalités économiques, sociales et culturelles : ces corps jouiraient d’une autonomie effective vis-à-vis des pouvoirs publics ; ils poursuivraient leurs objectifs spécifiques en entretenant entre eux des rapports de loyale collaboration et en se soumettant aux exigences du bien commun, ils revêtiraient la forme et la substance d’une communauté vivante. Ainsi leurs membres respectifs seraient-ils considérés et traités comme des personnes et stimulés à prendre une part active à leur vie. »[24]

A quoi le Saint-Père pense-t-il concrètement lorsqu’il évoque ces « corps intermédiaires autonomes », ces « communautés vivantes » où, comme dit Jean-Paul II, « la subjectivité de la société est assurée » ?

Certainement, mais pas exclusivement sans doute, Jean-Paul II songe à l’entreprise coopérative.

Ce n’est pas nouveau dans l’enseignement de l’Église. Vers 1860, Mgr Ketteler et, après la 1re guerre mondiale, Mgr Pottier propagèrent l’idée de coopératives de production.⁠[25] Pie XII souhaitait des « sociétés coopératives ».

Jean-Paul II va développer l’idée, lors de la visite d’une coopérative italienne⁠[26], et souligner que la coopérative, qu’elle soit coopérative de travail et de production, coopérative de consommation ou coopérative de producteurs, échappe aussi bien à la « compétition excessive » et sans pitié qu’ »aux modèles collectivistes qui étouffent l’initiative des particuliers et avilit les raisons de la collaboration ». Elle est bien, confirme le Pape, un de ces organismes appelés corps intermédiaires dans l’encyclique Laborem exercens, qui naissent d’une application du principe de subsidiarité « selon lequel le pouvoir public ne doit pas se substituer à l’initiative des citoyens, qu’elle soit individuelle ou associative, dans le domaine économique, social et culturel »

La coopération « constitue un des sujets fondamentaux de l’enseignement social de l’Église ». Si, à l’origine, la coopérative a été un moyen d’autodéfense économique et de promotion d’intérêts communs, conçu pour résister aux effets négatifs de la société industrielle, elle apparaît de plus en plus, dans le contexte moderne, comme une manière efficace et bénéfique d’« associer, autant que possible, le travail à la propriété et au capital », d’« exprimer la double dimension personnelle et sociale de l’être humain », d’être un moyen, « en même temps, de « socialisation » et de personnalisation », de faire « la synthèse entre la tutelle des droits du particulier et la promotion du bien commun ».

Cette synthèse « ne se situe pas seulement sur le plan économique mais aussi sur celui plus vaste des biens culturels, sociaux et moraux »

Sur le plan économique, la coopérative permet « le développement d’une économie locale qui cherche à mieux répondre aux exigences de la communauté ». C’est pourquoi, dans de nombreux pays, « les coopératives agricoles se proposent comme de véritables instruments de transformation sociale », ou de reconstruction. Elles permettent « une amélioration plus rapide des conditions de vie des communautés locales ».

Sur le plan moral, elles accentuent « le sens de la solidarité dans le respect de l’autonomie nécessaire du particulier qui doit croître vers une pleine maturité ». Elles mettent en valeur le rôle de chaque membre et développent en même temps le sens de la communion. Elles invitent, par là, à la découverte d’un bien commun plus grand que la somme des biens matériels et individuels.

En somme, « cette forme d’organisation économique et sociale, si elle est bien gérée, peut constituer une expérience stimulante de participation et également un instrument efficace pour réaliser un niveau plus élevé de justice ». Si elle est bien gérée, c’est-à-dire si le critère quantitatif reste intégré au critère qualitatif. Il faut, en effet, éviter « le danger que les critères pour mesurer le succès des coopératives soient séparés des résultats du marché, soient donc traités exclusivement pour les avantages matériels que celles-ci offrent aux membres. (…) La personne est la véritable mesure de toute initiative favorisant une marche de croissance et de progrès ». Autrement dit encore, « la valeur fondamentale que les coopératives encouragent : c’est la valeur d’une vie humaine meilleure, parce que ouverte à la perception plus profonde du sens véritable de tout engagement humain qui est le sens de la communion ».

La coopérative est donc un bon exemple de la socialisation chère à l’Église. Il est sûr que « la propriété coopérative n’est pas adaptée à toute production - elle a des limites, tout particulièrement, quand il est besoin de recourir au marché financier pour tel ou tel développement nécessaire-, elle n’en est pas moins adaptée à nombre d’activités, surtout de service de la personne à la personne, qui requièrent peu de capital : or celles-ci se développeront beaucoup demain. Elle sera sans doute mieux adaptée à l’avenir qu’elle ne l’a été hier, en tout cas récemment. »[27]

Elle est, en tout cas, un des moyens d’instaurer plus de démocratie économique, plus de participation et de solidarité, parmi d’autres.⁠[28]

En effet, le pape Benoît XVI, bien conscient, comme Paul VI l’avait déjà souligné, que la question sociale est devenue mondiale⁠[29], et qu’on ne pourra sortir des crises économiques et financières qui agitent notre monde et instaurer la justice qu’en ayant le souci du don et de la gratuité⁠[30], écrit qu’« à côté de l’entreprise privée tournée vers le profit, et des divers types d’entreprises publiques, il est opportun que les organisations productrices qui poursuivent des buts mutualistes et sociaux puissent s’implanter et se développer. » Il ne s’agit pas simplement d’accepter et de reconnaître divers types d’entreprises qui se juxtaposeraient. Le pape espère que cette juxtaposition soit féconde et modifie la philosophie économique traditionnelle : il pense plus exactement que « C’est de leur confrontation réciproque sur le marché qu’on peut espérer une sorte d’hybridation des comportements d’entreprise et donc une attention vigilante à la civilisation de l’économie. […] Il faut donner forme et organisation aux activités économiques qui, sans nier le profit, entendent aller au-delà de la logique de l’échange des équivalents et du profit comme but en soi. »[31]

Benoît XVI réaffirme qu’« avant d’avoir une signification professionnelle, l’entreprenariat a une signification humaine. » Et c’est au nom de cette « signification humaine » chère à ses prédécesseurs qu’il justifie l’« hybridation » qui ne peut être que bénéfique : « Il est inscrit dans tout travail, vu comme « actus personae », c’est pourquoi il est bon qu’à tout travailleur soit offerte la possibilité d’apporter sa contribution propre de sorte que lui-même « sache travailler à son compte ». Ce n’est pas sans raison que Paul VI enseignait que « tout travailleur est un créateur ». C’est justement pour répondre aux exigences et à la dignité de celui qui travaille, ainsi qu’aux besoins de la société, que divers types d’entreprises existent, bien au-delà de la seule distinction entre « privé et « public ». Chacune requiert et exprime une capacité d’entreprise singulière. Dans le but de créer une économie qui, dans un proche avenir, sache se mettre au service du bien commun national et mondial, il est opportun de tenir compte de cette signification élargie de l’entreprenariat. Cette conception plus large favorise l’échange et la formation réciproque entre les diverses typologies d’entreprenariat, avec un transfert de compétences du monde du non-profit à celui du profit et vice-versa, du domaine public à celui de la société civile, de celui des économies avancées à celui des pays en voie de développement. »[32]

L’entreprise autogérée ?

Il est difficile de définir l’entreprise autogérée. On l’associe souvent à la coopérative ou à l’actionnariat ouvrier⁠[33]. Mais l’autogestion, au sens strict, a eu ses heures de gloire dans les années 70, suite notamment à la publicité faite autour de l’organisation économique Yougoslave. Elle avait pourtant des antécédents dans la littérature⁠[34] et dans les faits⁠[35]. Mais c’est la Yougoslavie qui fit rêver certains socialistes occidentaux entre 1970 et 1980. Ils furent divisés sur le sujet⁠[36]. Certains estimaient que « l’autogestion ne peut être retenue que pour les entreprises qui seraient socialisées, car en régime capitaliste seul le contrôle ouvrier est concevable »[37] d’autres reconnaissaient même, à la suite d’un certain nombre d’observateurs⁠[38], « le déclin de l’autogestion yougoslave »[39] et voulaient renforcer et élargir le mouvement coopératif à l’instar de la Suède⁠[40].

Il n’empêche, que l’espace d’une décennie, l’autogestion apparut comme un idéal à atteindre.

En Yougoslavie, c’est à partir de 1950 que fut décidée l’organisation autogestionnaire⁠[41]. Dans l’esprit des dirigeants, il s’agissait de se différencier du modèle soviétique mais aussi d’échapper à la faillite du système collectiviste qui avait été imposé jusque là. Le maréchal Tito voulait « donner plus de souplesse et de dynamisme aux entreprises en les libérant du poids étouffant de la bureaucratie. De là notamment, la réhabilitation du « profit » : par la participation aux bénéfices et aux risques, les travailleurs et les cadres ont des motifs d’efficacité. »[42]

Comment fonctionnait cette autogestion ? « Dans chaque entreprise, les travailleurs élisent un Conseil ouvrier (au moins quinze membres), lequel désigne à son tour un Comité de cinq administrateurs ou plus, dont un directeur. Ce dernier est proposé, après avoir passé un concours public, par une commission où siègent les représentants de l’entreprise et de la commune où elle est située. Quand l’affaire est importante, les « services technologiques » et le Syndicat interviennent également. Ainsi dirigé et encadré, le Conseil autogestionnaire détermine la production, les investissements et les prix dans le cadre de la planification de l’État. »[43]

En Belgique, les socialistes définirent ainsi l’autogestion : « Dans une entreprise industrielle ou agricole, la gestion est réalisée, soit par le personnel entier, cadres et travailleurs, soit par un comité élu par les travailleurs et parmi eux ».⁠[44] Et lors du Congrès doctrinal du PSB, en 1974, la stratégie envisagée pour l’entreprise reconnaissait que « les fonctions d’initiative économique et d’apport de capitaux supportant réellement les risques d’entreprise appellent une rétribution. Mais, ajoutait le document préparatoire, elles doivent prendre en compte un certain nombre de nécessités sociales et qualitatives (…) ». Outre « se conformer aux orientations de la politique économique générale » et « être l’expression d’une volonté de prendre un risque économique, en faisant progresser le processus de production de biens et de services utiles à la collectivité », ces « fonctions » doivent « admettre le contrôle interne exercé par les travailleurs unis au sein de leur organisation syndicale. La démocratisation au sein de l’entreprise se fera dans une perspective d’autogestion.

Le choix des objectifs de la politique économique à tous les niveaux depuis l’entreprise jusqu’à la nation, doit faire l’objet d’un consensus global indiquant la participation des travailleurs de toutes catégories et des consommateurs.

Le contrôle ouvrier devra s’exercer à tous les niveaux de la structure de l’entreprise. Libre de déterminer les conditions dans lesquelles il travaillera, le travailleur devra progressivement conquérir les pouvoirs de décision. Il devra s’insérer plus concrètement et plus entièrement dans un monde économique dont il aura acquis la propriété sociale. Les différentes compétences seront au service de tous et de nouveaux rapports sociaux pourront s’instaurer entre les hommes. »[45]

En France, l’autogestion fut présentée comme « le projet révolutionnaire de notre temps. »[46] « Nous désignons, disaient ses partisans, (…) par l’autogestion le socialisme réalisé, c’est-à-dire une société caractérisée par la disparition de la propriété du pouvoir comme celle du pouvoir de la propriété, l’abolition du salariat, la fin de l’économie marchande ».⁠[47] Comme chez les socialistes belges, est envisagée une période de transition, par l’extension du contrôle ouvrier : « En étendant les avantages les plus significatifs obtenus par les luttes des travailleurs, le gouvernement de Gauche créera un climat favorable à la dynamique du contrôle », y compris « l’extension des droits et des moyens d’action des syndicats. (…) Le contrôle concernera ce qui est le plus directement ressenti par les travailleurs dans leur activité quotidienne. Dans ces domaines, l’assemblée des travailleurs sera souveraine. »[48] Au bout du processus, « dans ces entreprises « autogérées », le conseil d’administration serait élu majoritairement par les travailleurs ; l’élection directe aux emplois de direction pourrait être envisagée. Sans doute ces mesures seraient-elles insuffisantes pour transformer du jour au lendemain la gestion de la production en une administration collective.

Pour résoudre les problèmes délicats du partage des compétences des entreprises comme des autres collectivités décentralisées, la solution serait de faire correspondre à chaque niveau de collectivité un type de pouvoir. »[49]

En Pologne, le syndicat Solidarnosc, fut reconnu, en 1980, comme « syndicat indépendant et autogéré ». Dès 1981, par le biais de ce syndicat, les travailleurs vont constituer des conseils dans les entreprises qui procéderont à « l’élection des directeurs parmi les spécialistes soumis à un concours organisé par le conseil. » Et lors du premier congrès du syndicat, le programme adopté stipulera : « Nous voulons une véritable socialisation du système de gestion et de l’économie ». L’objectif est l’établissement d’une « République autogérée » : « Nous exigeons une réforme autogestionnaire et démocratique à tous les niveaux de la gestion, un nouvel ordre socio-économique, qui va allier le plan, l’autogestion et le marché.(…) La réforme doit socialiser la planification. Le plan central doit refléter les aspirations de la société et être accepté par elle. » Pour Z.M. Kowalewski, dirigeant de Solidarnosc, militant de la IVe Internationale, la révolution Solidarnosc a été d’abord « écrasée » par l’état de guerre proclamé dans la nuit du 12 au 13 décembre 1981, puis « trahie » par les dirigeants du syndicat Solidarnosc tel qu’il s’est reconstruit par la suite et qui restaurèrent le capitalisme.⁠[50]

Que penser de l’expérience yougoslave et des projets concoctés en Belgique, en France et en Pologne ?

A première vue, il semble y avoir une certaine parenté avec le système coopératiste que l’Église a toujours apprécié. La ressemblance peut être d’autant plus troublante que le « catholicisme social (…), dans les Balkans, s’était toujours référé aux traditions coopératives.[51]

Pendant l’entre-deux-guerres, le Parti populaire catholique de Slovénie[52] développa avec succès des programmes d’éducation populaire et organisa des coopératives volontaires de vente et de crédit pour les paysans. »[53]

De son côté, l’Église, aujourd’hui, utilise parfois, et dans un sens positif, le mot « autogestion » ! Ainsi, écrivent les évêques africains, « s’il est vrai que l’État doit jouer son rôle, il ne peut cependant s’arroger tous les droits et priver les individus et les groupes intermédiaires de leur autonomie et de la responsabilité d’autogestion de leurs biens. »[54] Et Jean-Paul II⁠[55] a souligné l’importance « d’un libre processus d’auto-organisation de la société, avec la mise au point d’instruments efficaces de solidarité, aptes à soutenir une croissance économique plus respectueuse des valeurs de la personne. » Et de saluer « la fondation de coopératives de production, de consommation et de crédit, la promotion de l’instruction populaire et de la formation professionnelle, l’expérimentation de diverses formes de participation à la vie de l’entreprise et, en général, de la société. » S’arrêtant à l’expression « auto-organisation », le Compendium confirme que « nous pouvons trouver des témoignages significatifs et des exemples d’auto-organisation dans de nombreuses initiatives, au niveau d’entreprises et au niveau social, caractérisées par des formes de participation, de coopération et d’autogestion, qui révèlent la fusion d’énergies solidaires. »[56]

Est-ce à dire que L’Église cautionnerait l’autogestion yougoslave, ou les projets d’autogestion nés en Belgique, en France, en Pologne, sous l’égide des partis socialistes ?

Est-ce à dire qu’elle cautionnerait la « dernière utopie », comme on l’a appelée⁠[57], et qui survit aujourd’hui parmi des groupes marginaux: communistes-anarchistes, anarchistes, libertaires, et notamment parmi ceux qu’on appelle altermondialistes et que nous retrouverons plus loin ?

Notons tout d’abord deux faits : d’une part, en Belgique, en France et en Pologne, nous n’avons eu affaire qu’avec des projets qui n’ont pas connu de lendemain ; d’autre part, en Yougoslavie, l’autogestion fut sans cesse confrontée à des difficultés malgré les incessantes réformes du système « comme si tout un peuple n’était qu’un cobaye et un riche pays le laboratoire pour des mauvais apprentis de chimie sociale »[58] . On a souligné à la fois les faiblesses du système -concurrence féroce, chômage, constitution d’une classe dirigeante privilégiée, indifférence au monde agricole⁠[59]- et ses aspects positifs - « meilleur équilibre de l’offre et la demande ; assainissement de la balance des payements ; amélioration de la productivité ; meilleure utilisation des investissements »[60]. Cette situation a poussé certains observateurs à considérer que le système yougoslave était plus proche du libéralisme archaïque, que du socialisme⁠[61]. En fait, l’autogestion yougoslave fut un système hybride et finalement peu autogestionnaire étant donné l’importance du centralisme étatique. Il y a contradiction entre la volonté de laisser libre jeu à l’offre et à la demande et la bureaucratie socialiste, entre l’autogestion et le socialisme : « Plus un régime (communiste) accorde de décentralisation économique et administrative, plus il sera nécessaire d’affirmer la centralisation politique afin de freiner le recul du pouvoir qu’a le parti de contrôler l’économie/ mais si l’on resserre les rênes pour contrecarrer la tendance à la désorganisation et à l’anarchie, on étouffe dans l’œuf tout effort réel en direction du pluralisme économique et social. (…) En théorie, le parti est l’avant-garde, le moteur, l’inspirateur du progrès social. En fait, il n’a utilisé les mécanismes complexes de l’autogestion et de la centralisation que comme une façade masquant le caractère intact de la concentration monopolistique du pouvoir suprême entre les mains des chefs placés au sommet de la hiérarchie du Parti. »[62] Cette analyse est confirmée par l’ancien n° 1 soviétique, Nikita Khrouchtchev qui après avoir visité une usine autogérée yougoslave, écrivit : « Il me semblait évident que le gouvernement, en dernier lieu, décidait bel et bien des programmes de production et exerçait ensuite un strict contrôle sur leur mise en application ».⁠[63]

On peut conclure qu’il n’y a pas eu, en Yougoslavie, de véritable entreprise autogérée.

Le projet d’autogestion en Pologne, est né avec l’intention de rendre aux travailleurs le ,pouvoir dans leurs entreprises mais on ne peut le juger puisqu’il ne s’est pas réalisé. Pas plus que ne se sont réalisés les projets belge et français. On peut toutefois faire remarquer dans ces deux cas, que se manifeste une volonté de prise de pouvoir collectif dans le cadre d’une socialisation de la société sous la direction et le contrôle des organisations socialistes. Les propositions et réalisations sociales chrétiennes sont différentes dans la mesure où elles cherchent un partage du pouvoir selon le principe de subsidiarité et donc dans le respect de toutes les « autorités » particulières qui doivent s’exprimer dans une entreprise considérée comme une communauté de travail ou de vie. Le philosophe chrétien Gustave Thibon a simplement et parfaitement résumé l’autogestion « chrétienne » en témoignant : « Je connais telle moyenne entreprise où l’autogestion existe en fait, dans ce sens où règne de haut en bas un esprit de confiance et d’équipe, où les avis et les suggestions des plus humbles sont pris en considération et où chacun assume sa part d’initiative et de responsabilité ».⁠[64]

L’autogestion conforme à la doctrine sociale chrétienne s’exprime dans les coopératives, les différentes formes d’actionnariat ouvrier, de participation, de cogestion, qui respectent l’initiative des personnes et des groupes, l’autorité telle qu’elle a été précédemment définie, comme compétence et service et dont tout travailleur détient une parcelle liée à ses fonctions, la responsabilité donc et l’organisation subsidiaire qui précisément laisse s’exprimer le pouvoir là où il se trouve, dans le souci du bien commun.

Ajoutons encore que l’autogestion conforme à la doctrine sociale chrétienne est plus accessible dans une petite ou moyenne entreprise. Les tendances actuelles à la décentralisation de la production pourraient être favorables à l’expansion des formes participatives.⁠[65]

Ces propositions chrétiennes sont-elles réalistes ?

qu’en pensent en particulier les patrons ?

Rappelons-nous que les différentes formes de participation évoquées ont été toutes initiées par des patrons avant que l’Église ne reprenne l’idée et en précise les contours. Mais, en dehors de ces pionniers, les avis sont, c’est le moins qu’on puisse dire, très partagés.

Un certain nombre de patrons d’Europe et d’Amérique latine ont réagi ,en 1991, à la publication d’une anthologie de textes du Magistère sur l’entreprise⁠[66]. Leurs réactions sont intéressantes car il s’agit d’hommes qui sont liés à l’UNIAPAC, l’Union internationale chrétienne des dirigeants d’entreprise. Deux caractéristiques ressortent de leurs témoignages: « d’une part, c’est l’ensemble de l’enseignement social, pris dans sa globalité et pas seulement sur l’entreprise, ses références à l’Évangile et ses orientations fondamentales, qui ont surtout marqué et stimulé. Les réactions sur des points précis sont moins fréquentes. d’ailleurs, les textes eux-mêmes paraissent quelquefois moins bien connus qu’on ne le laisse entendre.

d’autre part, on souhaite largement que le rôle du chef d’entreprise, ses responsabilités, les problèmes complexes qu’il doit résoudre, soient mieux perçus et compris. On demande aussi que l’Église s’exprime dans un langage plus approprié à l’entreprise, qu’elle se prononce avec plus de vigueur sur les choix économiques ». A ce dernier point de vue, les auteurs de la synthèse posent une question pertinente : « L’Église doit-elle s’avancer avec plus d’audace sur le terrain économique ? » Ils répondent très justement, avec les papes, qu’« experte en humanité, elle n’a pas pour mission d’apporter des solutions techniques (…) ».⁠[67] Toujours est-il que ces témoignages restent au niveau des généralités, centrés sur le rôle du chef d’entreprises et qu’ils n’abordent pas sérieusement le problème de la participation des travailleurs.

qu’en pensent les syndicalistes et les travailleurs ?

En général, les syndicats qui en sont restés au schéma ancien de la dialectique patron-travailleur, n’apprécient guère l’idée d’une entreprise-communauté dans la mesure même où elle n’offre plus guère de terrain propice à la confrontation et oblige les syndicats à revoir leur philosophie⁠[68]. Mais il y a aussi un frein du côté des travailleurs qui souvent aussi trouvent plus confortable d’être des exécutants que des participants surtout si la participation implique des responsabilités et des risques. La participation doit être le fruit d’une culture d’entreprise adéquate qui demande, d’une part, nous allons y revenir, confiance et maturité et, d’autre part, un cadre légal adéquat.⁠[69]

qu’en pensent les économistes ?

Finalement, c’est du côté des économistes que nous allons trouver les plus chauds partisans du concept de participation.

Ainsi, au terme d’une analyse très rigoureuse à partir, non des principes éthiques chrétiens - même s’il les connaît⁠[70] - mais des théories en présence et de la réalité complexe de l’entreprise, Ph. de Woot écrit : « La participation véritable est nécessaire à la fonction de créativité. » Ce n’est que par la créativité que, dans un monde où la concurrence se mondialise, l’entreprise peut survivre et progresser. Et « il n’y aura pas de participation véritable sans réforme de l’entreprise.

La réforme comporte deux aspects complémentaires.

d’une part, la participation fonctionnelle à la créativité ; elle suppose une transformation profonde de l’organisation et des modes de gestion ainsi qu’un engagement plus actif des participants. »[71] La participation fonctionnelle ou « imposée » vise à diminuer ou supprimer les aliénations professionnelles et sociales en augmentant deux libertés : « une certaine autodétermination et une certaine liberté de s’exprimer dans et par son travail ». Ces deux libertés permettent de satisfaire un certain nombre de besoins mis en évidence par les psychologues et les sociologues, besoins « dont les plus importants sont le besoin de compétence, le développement de la conscience de soi et des autres, le besoin d’être estimé, celui d’être reconnu ». La satisfaction de ces besoins fait croître la maturité des travailleurs.⁠[72]

« d’autre part, la participation politique au contrôle du pouvoir »[73], préférée dans la plupart des cas à l’exercice du pouvoir dans la cogestion, doit établir un climat de confiance.⁠[74]

« Une réforme qui négligerait l’un de ces aspects serait inefficace ou nuisible à l’entreprise : sans participation politique, la participation fonctionnelle serait freinée par les travailleurs et ce frein empêcherait l’entreprise d’accroître sa créativité ; sans participation fonctionnelle, le contrôle du pouvoir tournerait à la lutte politique et diminuerait le dynamisme de l’entreprise.

Une réforme qui réaliserait simultanément la participation à la vie de l’entreprise et la participation au contrôle de son pouvoir augmenterait la créativité de celle-ci.

Le réalisme commande de rappeler en terminant qu’une telle évolution, par ses liens avec le phénomène du pouvoir, revêt un caractère politique. Les formes et le rythme qu’elle adoptera dépendront finalement de la stratégie et du pouvoir des groupes en présence.

Si l’inertie idéologique actuelle continue, on risque évidemment de voir se prolonger le « face à face hostile » qui a tant contribué à figer la situation. Il n’y a pas de raison de penser que la confiance s’établira sans une volonté et un effort délibéré des groupes en présence. L’initiative pourrait venir des dirigeants d’entreprise puisqu’ils ont le pouvoir de faire évoluer les structures. Mais que l’impulsion vienne du monde patronal ou du monde ouvrier, il est important de considérer qu’un accroissement de participation - fonctionnelle ou politique - est une condition essentielle du dynamisme des entreprises européennes. Il ne s’agit pas d’une recommandation d’ordre moral mais de simple réalisme. Si l’on veut augmenter la créativité et la puissance concurrentielle des entreprises, il est indispensable d’en faire évoluer les structures de direction, d’organisation et de contrôle. Avant d’être un problème éthique, l’évolution de l’entreprise est une condition de survie. »[75] Encore faut-il, comme il a été souligné, que l’on puisse compter sur la maturité de tous les acteurs et créer un climat de confiance. Maturité⁠[76] pour l’exercice de la liberté : avoir conscience, disait Jean-Paul II de travailler « à son compte »[77] ; confiance par la participation au pouvoir ou par son contrôle, pour l’exercice de la liberté.⁠[78]

Publié en 1968, le livre de Ph. de Woot rend compte d’innombrables recherches effectuées pour tenter d’établir le meilleur mode de fonctionnement possible de l’entreprise. Il s’appuie sur une critique de l’organisation bureaucratique et du mouvement des relations humaines pour dégager des « formes nouvelles d’organisation » et développer longuement, comme nous l’avons vu, la notion de participation.

Trente ans plus tard, J.-P. Audoyer, dans une perspective résolument chrétienne, confirme le jugement porté par Ph. de Woot sur l’organisation bureaucratique et le mouvement des relations humaines : « Les modèles d’inspiration fonctionnaliste qu’ils soient à « productivité orientée » (…​) comme le taylorisme (…) ou à « personnel orienté » (…) comme l’école des Relations Humaines sont pour l’Église des modèles réducteurs dans le sens où leur préoccupation se situe exclusivement sur le terrain de l’efficacité (intérêt général) en évacuant la dimension du bien commun. Ce qui ne garantit pas pour autant l’efficacité (…) ».⁠[79]

Après cela, l’auteur dresse le bilan des « nouvelles formes d’organisation » apparues à partir des années 1970⁠[80], et constate que « dans certaines conditions, leur rencontre avec la doctrine sociale de l’Église est possible parce qu’(elles n’excluent) pas la recherche du bien commun contrairement aux modèles précédents .» On retrouve dans ces formes d’organisation que l’auteur appelle « Ecoles du 3e type », des thèmes qui nous sont familiers, comme celui de la participation, mais les mots peuvent recouvrir des réalités différentes et, en fait, dans ces entreprises de 3e type, « les préoccupations restent souvent dominées par le seul souci de l’efficacité, ce qui conduit inéluctablement à l’idéologie de l’entreprise »[81] manifestée, par exemple, dans la « business ethics »⁠[82], le « projet d’entreprise »⁠[83], la « culture d’entreprise »⁠[84] ou, plus simplement, le « team building »⁠[85] tellement à la mode au début du XXIe siècle.

Pour que les mots « autonomie », « participation », « initiative » aient leur plein sens, pour que les entreprises du « 3e type » ne soient pas des leurres, il importe de les jauger, demande J.-P. Audoyer⁠[86], à l’aune des principes fondamentaux et liés, de subsidiarité, de solidarité et de bien commun.

La subsidiarité va s’exprimer dans la « délégation » : on passe « d’un management directif où le chef donne des ordres à un management délégataire dans lequel on donne l’autonomie aux acteurs, à tous les acteurs, c’est-à-dire des pouvoirs en vue de l’efficacité de chacun ».⁠[87]

Le principe de subsidiarité modifie le rôle du patron qui ne se situe plus « exclusivement sur le registre du pouvoir mais sur celui de l’autorité ».⁠[88] La vraie autorité est celle qui se met au service des autres pour les faire grandir, pour leur permettre d’être libres, responsables et compétents. Ainsi, donner de l’autonomie à un travailleur, c’est « lui permettre de faire comme il veut ce qu’il doit ».⁠[89] Le chef est plus un « coach » qu’un « leader »⁠[90] car la délégation doit se faire précisément dans l’esprit de la subsidiarité qui « n’est pas un principe absolu de non-intervention, mais d’intervention modulée en fonction de la situation réelle des personnes »[91] étant établi que « les échelons supérieurs ne sont suppléants des échelons inférieurs que lorsque ces derniers sont défaillants. »[92]

La subsidiarité et donc la liberté, l’autonomie, l’initiative, n’ont pas de sens sans la solidarité. Solidarité de tous les échelons de l’entreprise, on vient de le voir dans le nouveau rôle que le patron doit jouer.⁠[93]

Enfin, c’est par la subsidiarité et la solidarité que l’entreprise peut dépasser l’intérêt général et s’ouvrir au bien commun c’est-à-dire devenir une communauté de personnes au service d’une communauté plus vaste⁠[94]


1. Id., p. 529.
2. Id., p. 530.
3. Ici encore apparaît une différence importante entre le libéralisme et la doctrine de l’Église : «  le libéralisme courant défend la liberté d’initiative économique, liberté d’entreprendre, mais sans un très grand souci de mettre chacun en condition d’exercer une telle liberté, alors que ceci ne va nullement de soi pour le plus grand nombre des hommes. L’Église lutte, elle, en vue de l’initiative pour tous…​ «  (CALVEZ J.-Y., L’Église devant le libéralisme économique, Desclée de Brouwer, 1993, p. 84).
4. GS 68.
5. CA 32. Jean-Paul II renvoie à SRS 15 où il affirme le droit à l’initiative économique face aux systèmes socialisés. Mais ce qu’il dit vaut aussi pour les systèmes capitalistes qui peuvent aussi bafouer ce droit qui est un droit pour toute personne dans le monde du travail : « Il faut remarquer que, dans le monde d’aujourd’hui, parmi d’autres droits, le droit à l’initiative économique est souvent étouffé. Il s’agit pourtant d’un droit important, non seulement pour les individus mais aussi pour le bien commun. L’expérience nous montre que la négation de ce droit ou sa limitation au non d’une prétendue « égalité » de tous dans la société réduit, quand elle ne le détruit pas en fait, l’esprit d’initiative, c’est-à-dire la personnalité créative du citoyen. Ce qu’il en ressort, ce n’est pas une véritable égalité mais un « nivellement par le bas ». A la place de l’initiative créatrice prévalent la passivité, la dépendance et la soumission à l’appareil bureaucratique, lequel, comme unique organe d’« organisation » et de « décision » - sinon même de « possession » - de la totalité des biens et des moyens de production, met tout le monde dans une position de sujétion quasi absolue, semblable à la dépendance traditionnelle de l’ouvrier-prolétaire par rapport au capitalisme. Cela engendre un sentiments de frustration ou de désespoir, et cela prédispose à se désintéresser de la vie nationale, poussant beaucoup de personnes à l’émigration et favorisant aussi une sorte d’émigration « psychologique ». »
6. CA 32.
7. CA 31.
8. Discours au monde du travail, Barcelone, op. cit., pp. 1121-1122.
9. Id..
10. LE 14. Cf. infra.
11. GS 68, § 1.
12. CDSE 308-309.
13. LE 14.
14. Jean-Paul II rappelle qu’ « en considération du travail humain et de l’accès commun aux biens destinés à l’homme, on ne peut pas exclure non plus la socialisation, sous les conditions qui conviennent, de certains moyens de production » (LE 14).
15. Discours aux dirigeants d’entreprises d’Argentine, op. cit., p. 530.
16. LE 14.
17. Parlant de l’autofinancement des entreprises qui entraîne souvent « une capacité de production rapidement et considérablement accrue », Jean XXIII estime qu’« en ce cas, (…) l’entreprise doit reconnaître un titre de crédit aux travailleurs qu’elle emploie, surtout s’ils reçoivent une rémunération qui ne dépasse pas le salaire minimum ».(MM 77). Le Document du Comité de préparation des journées jubilaires du monde du travail, va encore plus loin. Evoquant Mt 20, 1-16, les auteurs rappellent que : « La parabole du propriétaire qui, tout au long de la journée, embauche des ouvriers pour sa vigne, en remettant un salaire identique à ceux de la première heure et à ceux de la dernière heure (…) ne se soucie certes pas des règles syndicales ni ne veut fournir des indications sur le problème du salaire ; elle insiste plutôt sur une logique différente que le Christ est venu apporter, celle du Royaume de Dieu, qui peut modeler toute la vie et les choix des hommes. » Mais, ajoutent immédiatement les auteurs, « Ce n’est pas par hasard que le Christ se réfère à un événement tout à fait vraisemblable, pris dans le monde du travail, pour expliquer une manière nouvelle de voir les choses qui conduit à aller au-delà de la justice distributive. Aujourd’hui comme à l’époque de jésus, le monde du travail est traversé par des contradictions et des contrastes, des jalousies et des envies, des conflits et des injustices. Par cette parabole, Jésus révèle la générosité et la bonté du Père, qui se traduisent dans un projet précis qui fait du partage, de la solidarité et de la gratuité les principes inspirateurs d’une nouvelle civilisation de l’amour.
   Même si le Royaume de Dieu ne sera pas réalisé définitivement dans notre histoire, de toutes façons celle-ci sera marquée par sa présence, commencée par le Christ, soutenue et développée par l’Esprit. » (DC, 21-5-2000, n° 2226, p. 468).
18. L’idée suivant laquelle, l’octroi du juste salaire ne satisfait pas entièrement à la justice, que le contrat de travail doit se compléter d’un contrat de société, est ancienne. Van Gestel en trouve un premier témoignage dans l’œuvre de saint Bernardin de Sienne qui, au cœur du Moyen-Age, réclamait déjà la participation aux bénéfices. Pour le XIXe siècle, voici quelques-uns des exemples qu’il cite (op. cit., pp. 258-260):
   En 1891, quelques semaines avant Rerum novarum, l’Union de Fribourg déclarait : « Le salaire indispensable à l’entretien de la classe ouvrière dans sa condition normale, eu égard au temps et au lieu, constitue l’élément primordial de ce que tout accord de travail doit procurer en stricte justice.
   Ce salaire répond-il suffisamment aux exigences de la justice sociale (qui règle en vue du bien commun les rapports entre les diverses classes de la société ou entre les individus et le corps social) ? Il faut en douter. La classe ouvrière a droit de trouver dans un certain complément au salaire indispensable un moyen d’améliorer sa condition, notamment d’arriver à la propriété.
   Le complément au salaire indispensable ne saurait avoir partout même forme et même mesure. Il est constitué par une participation à la prospérité de l’industrie. L’équité demande que la participation de l’ouvrier à la prospérité de l’industrie qui l’emploie, lui soit corrélative. » L’Union de Fribourg réunit autour de Mgr Mermillod, M. Python , M. Decutins (Suisse), le prince de Loewenstein, le comte de Blome (Allemagne), le comte Kuefstein, le théologien Lehmkuhl (Autriche), le marquis de la Tour du Pin, Louis Milcent, le comte Albert de Mun, le P. De pascal, Henri Lorin (France), le comte Medolago, le professeur Toniolo (Italie), le duc d’Ursel et Georges Helleputte (Belgique).
   Dans les conclusions du congrès de la Ligue démocratique belge (25-26-9-1892), on peut lire : « Attendu que le travail est un facteur indispensable dans l’industrie, dont il porte, pour une large part, les risques et les périls, il est équitable d’accorder au travailleur, en surplus d’un juste salaire, une part dans les bénéfices de l’entreprise. (…) La meilleure application du système est celle qui permet à l’ouvrier de devenir un jour copropriétaire de l’entreprise. »(Rapport du congrès, Louvain, 1892, p. 22). La ligue démocratique belge fédéra tous les groupements ouvriers du pays sous l’impulsion de Georges Helleputte (1852-1925) et d’Arthur Verhaegen (1847-1917).
   En 1892 également, A. de Mun revendique « la faculté pour l’ouvrier de participer aux bénéfices et même, par la coopération, à la propriété des entreprises auxquelles il concourt par son travail ». Il précise que ces idées « ne sont autre chose que l’application des principes posés dans l’encyclique sur la condition des ouvriers ».
   Notons, au passage, qu’un socialiste qui refuse la lutte des classes peut être séduit par cette vision.
   En 1846, Victor Hennequin (1816-1854) qui fut influencé par Fourier, écrit : « Accorder aux ouvriers le droit de participer aux bénéfices de l’œuvre à laquelle ils concourent, c’est non seulement faire acte de justice, mais c’est aussi relever leur dignité et provoquer entre eux et les maîtres des sentiments de bienveillance réciproque. Ainsi se préparait cette nouvelle évolution qui doit faire passer le travailleur de l’état de simple manœuvre salarié à la condition de membre sociétaire, comme l’indiquent les lois naturelles et le progrès économique » (in Démocratie pacifique, 15-7-1846. Hennequin, « socialiste utopiste » est l’auteur d’un ouvrage inachevé : Religion, tome 1, E. Dentu, 1854).
   Avant la seconde guerre mondiale, H. De Man écrivait : « Ce qui manque presque totalement à l’ouvrier, c’est une base concrète, à partir de laquelle il pourrait sentir qu’en faisant son travail il accomplit un devoir envers la communauté. La production pour le profit a détruit chez lui ce mobile de production presque autant que chez le capitaliste ; ce dont on se soucie jour après jour, c’est de gagner de l’argent. La conclusion est claire : pour que s’éveille un nouveau sens communautaire, il faut d’abord une communauté nouvelle. Pas d’esprit de corps dans l’entreprise sans communauté d’entreprise ; pas de communauté d’entreprise sans communauté de volonté et d’intérêt ; pas de communauté de volonté, sans droit de co-détermination ; pas de communauté d’intérêt sans droit de co-disposition. » (La joie au travail, Paris, 1930, pp. 183-184, cité in Van GESTEL, op. cit., p. 264).
19. CA 35.
20. Id..
21. QA, 594 in Marmy.
22. Allocution aux travailleurs chrétiens d’Italie, le 11-3-1945.
23. LE 14.
24. Id.. Jean-Paul II dira aussi que l’important est, bien sûr la rémunération due au travailleur « mais aussi qu’on prenne en considération, dans le processus même de production, la possibilité pour lui d’avoir conscience que, même s’il travaille dans une propriété collective, il travaille en même temps « à son compte ». » (LE 15).
25. Van GESTEL, op. cit., p. 258.
26. Rencontre avec les agriculteurs à la coopérative P.A.F (Producteurs agricoles de Faenza), 10-5-1986, in OR, 27-5-1986, pp. 10-11. Ce fut l’occasion, pour le Saint-Père, de rappeler l’histoire ancienne des coopératives dans la région de la Romagne. C’est entre 1890 et 1900 qu’apparurent les Caisses rurales et artisanales pour le « progrès des communautés locales », la « défense des épargnes des familles », le « soutien aux activités d’entreprises, surtout les petites et moyennes ».
27. J.-Y. Calvez, Les silences de la doctrine sociale catholique, Editions de l’Atelier, 1999, p. 82.
28. Dans le Document du Comité de préparation des journées jubilaires, « la propriété de l’entreprise sous forme de coopérative » est de nouveau citée. (DC, 21-5-2000, n° 2226, p. 454).
29. Cf. PP 3 et CV 13.
30. Nous y reviendrons en abordant la question du développement des peuples.
31. CV 38.
32. CV 41.
33. En Belgique, l’actionnariat ouvrier existe. Pour prendre un exemple récent, on peut citer le cas de Belgacom qui est entré à la Bourse et a permis à ses salariés de devenir actionnaires. Toutefois, ces salariés actionnaires ne contrôlent pas l’entreprise dans la mesure où la majorité des parts leur échappent. Par contre, en Espagne, à partir des années 80, se sont constituées des Sociedades laborales où la majorité des actions sont détenues par les travailleurs à l’instar de ce qui se fait aux États-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne, en Finlande et dans les sociétés coopératives. Le phénomène des Sociedades laborales (SAL) s’est répandu dans de petites entreprises en difficulté. Dans la mesure où le capital privé rechignait à investir, vu la situation, pour sauver les emplois, les travailleurs ont décidé de reprendre ces entreprises: ils « ont injecté dans le capital social leur prime de licenciement ou leurs allocations de chômage « activées » et capitalisées. » Les SAL ont été aidées par les pouvoirs publics qui leur ont facilité l’accès au crédit avant de leur donner un cadre légal.
   Comment fonctionnent les SAL ?
   « -Le capital est détenu majoritairement par les travailleurs employés sous contrat à durée indéterminée. Ils doivent disposer obligatoirement de 51% des parts.
   -Personne, hormis les pouvoirs publics ou une asbl ne peut détenir plus du tiers des parts.
   -Les SAL ne peuvent employer plus de 15% (entreprises de plus de 25 travailleurs) ou 25% (entreprises de moins de 25 travailleurs) de personnel « non associé » (…).
   -25% des bénéfices sont versés dans un fond de réserve de l’entreprise ; le reste des bénéfices est redistribué aux actionnaires.
   -Lors de son départ (volontaire, à la retraite ou en cas de décès), le travailleur associé (ou son héritier) doit revendre ses parts au prix d’achat (seulement indexé) à un travailleur de la SAL qui n’a pas encore d’actions ou à un travailleur temporaire ou à défaut à la SAL elle-même.
   -L’assemblée générale au minimum annuelle des actionnaires désigne le conseil d’administration qui désigne le directeur. Les décisions sont prises à la majorité. Le principe n’est pas d’un homme une voix, mais « une action, une voix ». Le poids des actionnaires est donc proportionnel à leurs parts. »
   Les SAL ont remporté un grand succès : 17.000 entreprises (105.000 personnes) en 2004. Elles créent de l’emploi, se diversifient, se regroupent en fédérations régionales regroupées elles-mêmes dans une fédération nationale qui leur apporte juridique. Les SAL sont aussi aidées politiquement et techniquement par les syndicats.
   La question s’est posée de savoir si ce modèle était transposable en Belgique et dans le reste de l’Europe. Cette question est l’objet du programme mis en œuvre en partenariat avec la CONFESAL (Confédération espagnole des SAL) et la FEAS (Fédération européenne d’actionnariat salarié). Ce projet a débuté avec l’organisation d’une Conférence au Parlement fédéral belge le 21-3-2003.
   Il est intéressant de constater qu’en Belgique, les SAL ont suscité l’intérêt de tous les partis et de l’industrie à l’instar de ce qui s’est passé en Espagne où les SAL ont été soutenues tant par le gouvernement Gonzalez (socialiste) que par le gouvernement Aznar (centre-droit).
   Pour obtenir davantage de renseignements, les textes officiels, des témoignages, on peut visiter les sites www.sociedades-laborales.netou www.actionnariat.salarie.be.
   On trouvera aussi sur ces sites de la documentation sur une pratique américaine, plus précisément en Ohio où l’Ohio Employee Ownership Center, attaché depuis 1987 à la Kent State University, accompagne le transfert d’entreprises aux salariés (buyouts), que ce soit dans les cas de successions ou dans les cas de reprises d’entreprises en difficultés.
34. Beaucoup citent Proudhon et son coopératisme ou évoquent cette citation de Jaurès : « En démontrant que les ouvriers peuvent s’organiser eux-mêmes, se discipliner eux-mêmes, elle accoutume les esprits à l’idée d’un affranchissement général des salariés et d’une organisation nouvelle » (Cité sur membres.lycos.fr/pac).
35. On évoque les soviets de Kronstadt, Petrograd, Yartchouk, en 1917, détruits par les bolcheviks.
36. A propos du Congrès doctrinal du PSB, en 1974, Guy Spitaels, alors sénateur socialiste, écrivait : « Il y a eu des divergences qu’il ne faut pas cacher, par exemple sur le problème de l’autogestion » (In Le peuple, 21-11-1974). En France, on constata une opposition, à ce point de vue, entre le PSU de Michel Rocard, d’une part et le PS et le PCF, d’autre part : « L’apport fondamental du PSU à la pensée socialiste française, c’est l’établissement d’un schéma précis d’une France autogestionnaire. Le Programme commun signé par le PS et le PCF, présente, en effet, aux yeux de M. Rocard, de trop grands dangers de « dégénérescence bureaucratique ». »(In Le Peuple, 14-11-1974). Michel Rocard avait publié une brochure intitulée L’Autogestion, collection Eglantine.
37. E. Glinne, in Le Peuple, 20 novembre 1974.
38. Cf. J.-Fr. Revel, in L’Express, 12-18 janvier 1976, pp. 33-34.
39. Roger Ramackers, in Le Peuple, 8-11-1974.
40. La Suède a fait rêver également. Mais la Suède est un cas particulier et inexportable dans la mesure où l’histoire et la géographie ont développé une vie associative très forte et un sens aigu de l’intérêt général au sein d’une économie mixte (capitaliste et socialiste). (Cf. HUNTFORD Roland, Le nouveau totalitarisme, Le « paradis » suédois, Fayard, 1975 ; ARNAULT J., Une société mixte, Seghers, 1971 ; De FARAMOND G., La Suède et la qualité de la vie, Le Centurion, 1975).
41. Par la Loi sur la gestion des entreprises et des associations économiques supérieures par les collectivités de travail, 27-6-1950.
42. VAUTE Paul, Tito et la Yougoslavie socialiste, Réalités belges, 1980, p. 65.
43. Id., pp. 65-66.
44. Du POB au PSB, PAC, 1974, p. 282.
45. Du POB au PSB, PAC, 1974, p. 104.
46. Le CERES par lui-même, un Dessein socialiste pour la France, Ed. Christian Bourgois, 1978, p. 134. Le CERES, Centre d’études, de recherches et d’éducation socialistes, a été fondé en 1966, notamment par J.-P. Chevènement. Celui-ci et M. Rocard étaient considérés comme les deux grands penseurs du Parti socialiste (Le Quotidien, 26-10-1981).
47. Id., p. 137.
48. CHARZAT M., CHEVENEMENT J.-P. et TOUTAIN G., Le CERES, un Combat pour le socialisme, 2e édition, 1977, Calmann-Lévy, p. 186.
49. Id., p. 188.
50. MALEWSKI Jan, Solidarnosc, Révolution écrasée ; in Nowy Robotnik, n° 18, 15-8-2005, disponible sur www.lcr-rouge.org et www.sap-pos.org.
51. P. Vaute (op. cit., p. 66) explique qu’ « appliquée à l’entreprise ou à la commune, l’autogestion fait retour à la zadruga, cette coopérative familiale patriarcale typique des peuples balkaniques. La commune auto-administrée se fonde sur le « droit usuel et moral humaniste séculaire », proclame un officiel yougoslave (STOJKOVIC Andrija, L’humanisme et l’autogestion, in Le socialisme dans la théorie et la pratique yougoslaves, Recueil de conférences, 3, Beograd, 1971, pp. 75-107). Et de citer les anciennes communes paysannes russes ou les communautés auto-administrées en Suisse. Tito y songeait-il déjà, quand il déclarait en 1946 (…) : « Nous ne collectiviserons jamais. Nos agriculteurs ont un système coopératif » ? (SULZBERGER C.L., Dans le tourbillon de l’histoire, Mémoires, Paris 1971, p. 534). »
52. Dirigé par le P. Anton Korosec (1872-1940) qui « fut sans doute l’un des plus grands politiciens du siècle » (VAUTE P., op. cit., p. 67). Il fut l’artisan de l’union des territoires slovènes, croates et serbes de l’Empire austro-hongrois en un État fédéral. Il fut aussi président du Conseil national de ces peuples. Il s’opposa à la dictature monarchique et centralisatrice du roi Alexandre Ier. Après l’assassinat du roi, en 1934, il fut membre du cabinet qui réalisa l’accord avec le parti paysan croate très attaché à son autonomie.(Larousse et Mourre).
53. VAUTE P., op. cit., pp. 66-67.
54. Lettre pastorale du Symposium des Conférences épiscopales d’Afrique et de Madagascar (SCEAM), in DC, 20-1-2002, n° 2262, p. 78.
55. CA 16.
56. Conseil pontifical « Justice et Paix », Compendium de la Doctrine sociale de l’Église (CDSE), Libreria editrice vaticana, 2005, n° 293.
57. Cf. Calenda, 13-11-2000 sur calenda.revues.org.
58. DRACHKOVITCH Milorad M., Lettre ouverte à MM. Paul-Henry Spaak et Max Buset, Bruges, 1952, p. 4, cité in VAUTE P., op. cit., p. 74.
59. Cf. VAUTE P., op. cit., pp. 73-78.
60. FEJTÖ François, Histoire des démocraties populaires, 2, Après Staline, Seuil, 1969, p. 240.
61. Fr. Fejtö cite des analyses où l’on dénonce « l’inspiration manchesterienne » ou « une férocité paléocapitaliste inconnue ailleurs ». (Op. cit., pp. 231 et 240).
62. LENDVAI Paul, L’Europe des Balkans après Staline, Entre nationalisme et communisme, Fayard, 1972, pp. 66 et 144, cité in VAUTE P., op. cit., pp. 70-71. P. Lendvai, autrichien né en 1929 à Budapest, est un analyste politique reconnu internationalement. Il a participé au Forum économique mondial à Davos et Salzbourg et est titulaire de nombreux prix et distinctions.
63. Souvenirs, Ed. E. Grankshaw, 1971, pp. 365-366, cité in VAUTE P., op. cit., p. 70.
64. In Itinéraires, septembre-octobre 1981, p. 118, cité in Le socialisme « à la française », Action familiale et scolaire, sd, p. 25.
65. « La décentralisation de la production, qui assigne aux petites entreprises de multiples tâches, précédemment concentrées dans les grandes unités de production, renforce les petites et moyennes entreprises et leur imprime un nouvel élan. A côté de l’artisanat traditionnel, on voit ainsi émerger de nouvelles entreprises caractérisées par de petites unités de production dans les secteurs modernes ou dans des activités décentralisées par rapport aux grandes entreprises. De nombreuses activités qui, hier, exigeaient un travail salarié sont réalisées aujourd’hui sous de nouvelles formes qui favorisent le travail indépendant et se caractérisent par un élément plus important de risque et de responsabilité.
   Le travail dans les petites et moyennes entreprises, le travail artisanal et le travail indépendant peuvent constituer une occasion de rendre la vie de travail plus humaine, à la fois grâce à la possibilité d’établir des relations interpersonnelles positives dans des communautés de petites dimensions et aux opportunités offertes par un plus grand esprit d’initiative et d’entreprise (…). » (CDSE 315).
   « Un exemple très important et significatif (de coopération) est donné par l’activité en rapport avec les coopératives, les petites et moyennes entreprises, les entreprises artisanales et les exploitations agricoles à dimension familiale. La doctrine sociale a souligné la contribution qu’elles offrent à la mise en valeur du travail, à la croissance du sens de responsabilité personnelle et sociale, à la vie démocratique, aux valeurs humaines utiles au progrès du marché et de la société. » (CDSE 339).
66. Les Églises face à l’entreprise, Cent ans de pensée sociale, réflexions et documents réunis pour l’UNIAPAC par LAURENT Philippe sj et JAHAN Emmanuel, Centurion, pp. 234-261.
67. Id., p. 233.
68. J.-P. Audoyer signale qu’en France, « les syndicalistes (CGT et CGT-FO) (…) dénoncèrent toujours la participation directe comme une forme de collaboration de classe et sa mise en œuvre dans les années 80, comme le triomphe de nouvelles stratégies patronales manipulatoires (…) ». (Op. cit., p. 88).
69. Lors de la Conférence organisée au Parlement fédéral, le 21-3-2003 sur les Sociedades laborales, un participant cita «  l’exemple des années 1970 dans l’industrie textile du Tournaisis où l’on proposait aux travailleurs le rachat de leur entreprise en faillite pour 1 franc symbolique tandis que leurs indemnités étaient transformées en actions. Les travailleurs ont renoncé à leurs droits pour maintenir un équilibre précaire et artificiel. » (Cf. www.actionnariat-salarie.be).
70. Dans sa bibliographie très spécialisée, Ph. de Woot cite MM et PT.
71. Op. cit., p. 215. Notons que l’auteur met d’abord en évidence ce qu’il appelle « la participation ou intégration objective » qui se diffuse avec les progrès de l’automation. Elle se fait au niveau de la formation professionnelle réclamée par une technologie de plus en plus spécialisée ; au niveau des salaires déterminé pour chaque travailleur par la situation économique de l’entreprise ; au niveau de la sécurité de l’emploi réclamée par les syndicats et souhaitée par les directions qui doivent assurer la formation de leur main-d’œuvre qui doit s’adapter aux progrès de l’automation ; au niveau du travail lui-même, enfin, dans la mesure où « l’automation détruit l’émiettement du travail et reconstitue, au niveau de l’équipe, ou de l’ensemble de l’entreprise, une vision synthétique des opérations. »(Op. cit., pp. 208-209).
72. Cette participation fonctionnelle découle de plusieurs facteurs:
   « -l’assouplissement des structures d’organisation ; la diffusion des responsabilités par une délégation poussée des pouvoirs ; l’élargissement et la rotation des rôles (…) en vue d’en augmenter l’intérêt et la variété ;
   -le style de commandement centré sur l’homme et sur le groupe autant que sur la tâche ; parmi les méthodes permettant de se centrer sur l’homme, on peut citer notamment l’interview, l’appréciation du mérite, les plans de carrière…​ ;
   -le travail de groupe, la décision de groupe, les structures de groupe chaque fois que la tâche les rend possibles ;
   -une information très poussée des membres de l’entreprise et l’établissement de systèmes de communications multilatérales et aussi libres que possible ;
   -l’adoption et la généralisation des outils de gestion modernes ; ceux-ci permettent d’augmenter la compétence des individus, de diffuser les responsabilités et d’établir les relations d’autorité sur des bases objectives ;
   -la formation continue des cadres et du personnel ; celle-ci ne concerne pas seulement les problèmes fonctionnels mais les problèmes humains, le travail des groupes et leur conduite. » (Op. cit., p. 210).
73. Id., p. 216.
74. Pour que les travailleurs s’identifient à l’entreprise, « intériorisent » sa fonction, fassent leurs ses objectifs, liberté et contrôle doivent se conjuguer : « Pour les psychologues, il est nécessaire que l’organisation permette à l’individu de définir ses buts immédiats et de choisir les moyens adéquats pour les atteindre ; qu’elle lui permette de relier ses buts à ceux de l’entreprise, d’évaluer son efficacité dans ce cadre élargi et de manifester librement son dynamisme.
   De plus, les psychologues suggèrent qu’une véritable « intériorisation » par l’individu des buts de l’organisation elle-même, suppose une participation aux décisions et une participation aux résultats. (…) Les recherches en sociologie vont dans le même sens. » (Id., pp. 212-213).
75. Op. cit., pp. 215-216. L’auteur ajoute et nous y reviendrons, que la créativité est tributaire aussi de la concertation : de l’organisation professionnelle, du dialogue social et d’une politique industrielle. ( Id., pp. 217-241).
76. Voici comment Ph. de Woot décrit la maturité du travailleur: « l’individu arrivé à maturité est capable de se consacrer à la tâche pour elle-même. Il se réalise à travers l’œuvre à accomplir. Celle-ci devient une fin poursuivie pour elle-même et non pour satisfaire un besoin particulier de l’individu comme la sécurité, le prestige ou la puissance.
   Dans cette optique, l’individu mûr perçoit la réalité comme elle est ; il accepte les autres et lui-même pour ce qu’ils sont ; il est capable de s’adapter à l’évolution des situations ; il parvient à s’identifier à l’œuvre et, par là, il supprime la divergence entre l’organisation et l’individu. » (Op. cit., pp. 127-128).
77. LE 15. Les travailleurs doivent s’efforcer « d’obtenir le plein respect de leur dignité et une participation plus large à la vie de l’entreprise, de manière que, tout en travaillant avec d’autres et sous la direction d’autres personnes, ils puissent en un sens travailler « à leur compte », en exerçant leur intelligence et leur liberté. » (CA 43).
78. Beaucoup de chercheurs « soulignent l’attitude ambigüe de l’individu à l’égard de la participation. d’une part, il aspire à diminuer les aliénations dont il souffre ; d’autre part, il adopte un comportement réservé, sinon hostile, à l’égard de la participation.
   Celle-ci en effet implique un effort, un dynamisme, des risques qui n’existent pas dans un système bureaucratique rigide. La participation ne va pas de soi ; elle ne se fera pas sans contrepartie substantielle ». (WOOT Ph. de, op. cit., p. 213).
79. AUDOYER J.-P., op. cit., p. 113. On trouvera un résumé du livre de J.-P. Audoyer sur biblio.domuni.org: PRADINES Ph., Management, La subisdiarité, Organisation de l’entreprise et enseignement de l’Église, sur. https://www.domuni.eu/media/kit_upload/PDF/fr/resources/Subsidiarite-Pradines.pdf
80. Il y eut des précurseurs, nous l’avons vu. J.-P. Audoyer cite Hyacinthe Dubreuil (1883-1971). Ce serrurier, Compagnon du devoir, militant de la CGT (1900), fut secrétaire général du syndicat des ouvriers mécaniciens de la Seine (1914). Il partit travailler chez Ford, à Détroit et, de cette expérience, il tira une critique du taylorisme et proposa de réorganiser le travail par la création d’unités décentralisées, la participation aux bénéfices, la désignation par chaque groupe autonome de son chef, etc.. Il développera ses idées dans de nombreux livres dont les premiers sont restés célèbres : Standards, Grasset, 1929 ; Nouveaux Standards, Grasset, 1931 ; La chevalerie du travail, chez Grasset également.
81. Id., p. 114.
82. La « business ethics », très en vogue à partir des années 1990, aux États-Unis d’abord, « renvoie davantage à l’efficacité qu’au bien agir » et apparaît surtout comme un alibi en détournant le sens du mot « éthique » pour garantir plus d’efficacité par le biais de la motivation et de l’adhésion du personnel. « L’éthique d’entreprise se présente la plupart du temps sous l’aspect d’un code de bonne conduite ou d’une charte. Mais, contrairement à la réalité, ces textes n’ont jamais pour vocation explicite de « mobiliser » le personnel, de se protéger des agissements non conformes des salariés oui d’améliorer l’image de l’entreprise. Ils veulent aussi suggérer aux salariés des comportements moraux. Ils cherchent à discipliner leurs instincts et leurs passions.
   Derrière les codes et autres chartes, nous voyons donc resurgir les morales de l’obligation d’autrefois (…) ». (Id., pp. 108-109).
   Comme l’écrivait un caricaturiste ; « L’éthique a une place importante dans notre entreprise…​ Elle nous a d’ailleurs permis de gagner 4% de parts de marché ! ».
83. « Le concept de projet implique (…) qu’il soit d’abord l’œuvre de l’entreprise pour devenir projet d’entreprise. (…) Les déceptions remarquées ici et là après la mise en place d’un projet d’entreprise résultent pour l’essentiel de cette erreur initiale.
   La démarche « projet d’entreprise » doit se concevoir comme un acte d’intercompréhension, un acte de communication, compris et conçu dans le sens de « rendre humain » ; ceci exclut (…) l’action stratégique (c’est-à-dire orientée vers le succès) et la négociation (comme compromis entre intérêts particuliers). (…)
   Si mis en œuvre, il devient un « agir communicationnel » destiné à faire participer l’ensemble des membres de la communauté-entreprise à la définition du bien commun, il est alors en tout point compatible avec les principes de la morale sociale chrétienne ». (AUDOYER J.-P., op. cit., pp. 105-106 et 108).
84. Ce qui est visé ici ce n’est pas la « saine culture d’entreprise » souhaitée par Jean-Paul II et qui, pour lui est liée à une « culture de l’initiative », à une « culture du travail » et à une « culture de la solidarité » (Discours aux représentants du monde des entreprises, Agrigente, 9-5-1993, OR 1-6-1993, p. 4). Ce qui est visé, c’est la « culture d’entreprise » telle qu’elle a été conçu par William G. Ouchi, à partir du modèle japonais, dans son livre Théorie Z, InterEditions, 1981. La culture d’entreprise, selon Ouchi, est « un levier supplémentaire pour l’action. L’entreprise est amenée à proposer un système de croyances et de valeurs, une morale de l’action propre à entraîner l’adhésion des salariés. Travailler dans une entreprise implique alors l’adhésion à tout un système de valeurs, à une philosophie (…) ». Dans la pensée de l’Église, « l’unité est (…) davantage à réaliser dans le respect des différences que dans la recherche d’un unanimisme réducteur. » (AUDOYER J.-P., op. cit., pp. 186-187).
85. Ensemble d’activités visant au renforcement ou à l’amélioration de l’esprit d’équipe. Des sociétés spécialisées proposent des événements que les entreprises rendent plus ou moins obligatoires : navigation d’entreprise, parcours-aventure, fitness, improvisation théâtrale, cuisine, musique, etc..
86. Op. cit., pp. 117-178.
87. Id., pp. 138-139.
88. « Il n’est plus ni le meilleur exécutant ni le meilleur expert. il est celui qui clarifie les objectifs à atteindre, les priorités à respecter, les interdictions à ne pas transgresser, les erreurs à ne pas répéter. Il est le gardien des finalités, celui qui négocie les compromis entre progrès technique et rentabilité, qualité de vie des salariés et respect des délais, entre le souhaitable et le possible, entre la pression d’objectifs descendant du haut et celle des moyens demandés par la base ». Il est « un communicateur, un négociateur, un pédagogue, un anticipateur ». (Id., p. 135). « Le rôle du chef sera désormais d’éduquer, au terme de la mission, le collaborateur. Il analysera avec lui ses résultats, il valorisera ses réussites, corrigera ses erreurs en apportant des éléments tirés de sa propre expérience. Cet accompagnement sera d’autant plus pertinent que le chef aura délégué de préférence ce qu’il sait bien faire lui-même et ce qu’il aime faire, car ce sont les domaines où il saura le mieux conseiller et contrôler. Le chef déterminera la durée et le champ d’autonomie en fonction de la sécurité psychologique du subordonné et de sa compétence professionnelle. C’est la prudence du chef qui en fixera les limites et celles-ci ne sont jamais définitives mais doivent évoluer en fonction du développement de la personnalité du collaborateur. Le passage de la directivité à la délégation oblige donc à une évaluation régulière du subordonné. Le rôle du chef délégant apparaît ainsi comme essentiellement éducatif et il le restera tout au long du passage au management délégataire, se faisant tantôt plus directif, tantôt plus persuasif. Toutefois il ne devra jamais être laxiste en pratiquant le contrôle et faible e’n sanctionnant les manquements le cas échéant. » (Id., p. 143). Jean-Paul II disait à des entrepreneurs : la « vocation à l’initiative se révèle être (…) un appel au service. Placée dans le cadre d’une dynamique d’amour, elle aide celui qui a le don de l’interdépendance et la responsabilité d’un rôle de guide, à comprendre qu’il doit prendre en charge ses frères. » (Discours aux représentants du monde des entreprises, Agrigente, 9-5-1993, OR 1-6-1993, p. 4).
89. Id., p. 141.
90. Dans le sens habituel du mot « leader » car nous verrons, dans la dernière partie, qu’un bon leader est un coach !
91. Id., p. 153.
92. Id., p. 133.
93. La solidarité ne se limite pas aux relations patron-employé ; rappelons la solidarité de tous les acteurs d’une entreprise en difficulté pour sauver l’emploi, par exemple, la solidarité professionnelle, la solidarité syndicale traditionnellement dans la revendication mais aussi et surtout parce que le syndicat peut et devrait, de plus en plus, aider les travailleurs « à participer d’une façon pleinement humaine à la vie de l’entreprise » (CA 15).
94. Cf. Paul VI : « toute activité particulière doit se replacer dans cette société élargie et prend, par là même, la dimension du bien commun ». (OA 24).
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)