⁢v. L’autorité

Est-il dès lors possible d’imaginer une société sans une forme quelconque d’autorité ? C’est le rêve de l’anarchisme qui, considérant que l’homme est digne d’une confiance absolue et destiné à une liberté totale, déclare que l’obéissance est une abdication et prêche la destruction de l’État⁠[1].

Non seulement les théoriciens anarchistes ou anarchisants⁠[2] furent la cible de la droite comme de la gauche mais la tentative d’instaurer en Catalogne, en 1936, une république anarchiste fut écrasée par les forces communistes en 1937. Nicolas Ivanovitch Boukharine ⁠[3] et E. Preobrajensky⁠[4], dans leur manuel L’A.B.C. du communisme (1919), préconisèrent la « rotation sociale » pour supprimer l’État et éviter la bureaucratie et le fonctionnarisme. Jamais ce principe qui suppose tout de même une autorité organisant la rotation, ne fut mis en pratique et l’URSS a connu, non le dépérissement de l’État mais son hypertrophie. En Chine populaire, en 1966, la révolution culturelle fut lancée par Mao Tsé-toung pour briser l’influence de Liu Chao-chi alors président de la république, renverser les « révisionnistes », fonctionnaires, technocrates et économistes. C’est la jeunesse (les « gardes rouges ») qui fut, avec l’armée, le fer de lance de cette gigantesque contestation des pouvoirs établis⁠[5]. Cette période anarchiste s’acheva en 1968 avec l’installation de comités révolutionnaires à travers toute la Chine, formés de militaires, de gardes rouges et de cadres du parti fidèles à Mao. Dans un premier temps, c’est l’armée qui fut la clé du pouvoir avant de céder la place, de nouveau, au parti reconstruit.

La juste exigence de liberté ne s’oppose pas, au contraire, à l’établissement de l’autorité pas plus d’ailleurs que la juste exigence d’égalité.

« Les sociétés égalitaires, écrit Chantal Delsol, peuvent promouvoir, de grands efforts et de grand mérite, l’égalité des chances, mais elles ne feront pas disparaître les disparités entre les hommes, en dépit du regret de certains. Les sociétés construites autour de l’idéal d’égalité ne suppriment pas l’autorité. d’une part elles la réduisent au fonctionnel, d’autre part, elles la déplacent, et celle-ci vient se loger dans les plis plus ou moins visibles de la relation sociale. En dépit de l’égalitarisme qui caractérise les sociétés modernes, on peut prédire que l’autorité n’est pas vouée à disparaître.

Aucune société ne peut fonctionner sans autorité... »⁠[6]

On peut aller plus loin encore et considérer qu’en démocratie, l’autorité politique suppose l’égalité des citoyens. Aristote l’avait bien remarqué : « …​il existe une forme d’autorité qui s’exerce sur des personnes de même race et des hommes libres ; c’est celle, en effet, que nous désignons du nom d’autorité politique, et que celui qui gouverne doit apprendre en pratiquant lui-même l’obéissance, comme on apprend à commander la cavalerie, ou une armée, ou une division, ou une compagnie, après avoir servi dans la cavalerie ou l’armée, ou dans une division ou une compagnie. Aussi a-t-on raison de dire ceci encore, qu’on ne peut pas bien commander quand on n’a pas soi-même obéi. Et tandis que la vertu d’un gouvernant est différente de celle d’un gouverné, il faut que le bon citoyen ait la science et l’aptitude à la fois de commander et d’obéir, et la vertu d’un citoyen consiste _ avoir la science du gouvernements des hommes libres, dans un sens comme dans l’autre »[7].

Une autorité est toujours nécessaire⁠[8]. Elle coexiste à la société. Son rôle essentiel, écrit G. Fessard, « est d’assurer le développement de l’être social auquel il sert de lien »[9].


1. Cf., par exemple, GODWIN William, Enquiry Concerning the Principles of Political Justice (1793) ; GRAVE Jean, La société future (1895) ; RECLUS Elisée, L’Evolution, la Révolution et l’Idéal anarchique (1898).
2. C’est le cas, par exemple de BAKOUNINE Mikhaïl Alexandrovitch (1814-1876).Il fut influencé par Pierre Joseph Proudhon (1809-1865). Il publie en 1873 L’État et l’anarchie. Opposé à tout pouvoir même révolutionnaire, il rompit avec Marx. De même, Proudhon avait été attaqué par le pouvoir comme par les socialistes, Marx en particulier. Un disciple de Bakounine, le prince Piotr Alexeïevitch Kropotkine (1842-1921), auteur de L’anarchie, sa philosophie, son idéal (1896), s’opposa, dès 1917, aux bolcheviks auxquels « il reprocha d’avoir « enterré » la révolution » » (Mourre).
3. 1888-1938. Après avoir soutenu Staline, il rompt avec le dictateur en 1929. En 1937, il est arrêté et exécuté.
4. 1886-1937. Comme Boukharine, il soutint parfois Staline et parfois s’y opposa. Il fut arrêté et, semble-t-il exécuté, en 1937.
5. Cf. notamment MACCIOCCHI M.-A. De la Chine, Actuels-Seuil, 1974, en particulier, les trois premiers chapitres ; KAROL K.S., La deuxième révolution chinoise, Laffont, 1973, pp. 113-410 ; SCHOOYANS M., La provocation chinoise, Cerf, 1973, pp. 53-75.
6. DELSOL Chantal, L’autorité, Presses universitaires de France, Que sais-je ? 1994, p. 123.
7. Politique, III, 4, 1277b.
8. Pour lutter contre l’angoisse de la mort et pour un mieux-être, explique G. Fessard.
9. Op. cit., p. 14.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)