⁢i. Voir

« Le voir, nous disent les Orientations, est la perception et l’étude des problèmes et de leurs causes, dont l’analyse relève de la compétence des sciences humaines et sociales. »[1]

C’est dire d’emblée si cette étape est accessible à tous, croyants ou incroyants, quelle que soit l’orientation philosophique ou religieuse. Il s’agit de relever avec l’aide éventuelle des spécialistes, les faits, de décrire l’état du monde à l’instar de l’entame de la Constitution pastorale Gaudium et spes.

Toutefois, l’abbé Maurice Cheza⁠[2] fait une remarque qui me paraît pertinente. Il montre bien l’actualité de la méthode « voir, juger, agir », en faisant notamment remarquer qu’elle est conforme au bon sens : « quand un médecin se trouve confronté à un problème, il  ; procède toujours en trois étapes : établir un diagnostic, confronter la situation concrète à son expérience et aux constatations médicales antérieures, pour arriver à un traitement à court, moyen et long terme. »[3] Mais il ajoute qu’« il peut être fécond de réfléchir d’abord à l’« utopie » (lieu non encore atteint) ou au rêve que l’on voudrait voir réalisé dans la société et dans l’Église au sein de cette société. » Une « utopie mobilisatrice » précise l’auteur. « Il est bon, explique-t-il, de chercher à préciser le type de société que l’on aimerait voir se mettre en place et, à l’intérieur de celle-ci, le type d’homme, de femme, cde relations sociales que l’on souhaite. C’est ce que l’on appelle parfois « utopie ». Ce mot d’utopie n’est pas à prendre dans le sens « illusion », mais plutôt dans celui de « rêve ». »[4]

Il est clair que la collecte des faits peut être sélective en fonction du « rêve » que l’on poursuit. Si nous pouvons espérer rassembler largement des gens très divers pour réfléchir à la violence, à la malnutrition, au chômage, par exemples, en replaçant ces réalités « dans un plan large » et en recherchant « notamment les causes proches et lointaines » de ces faits, le panel des « observateurs » se rétrécira sans doute et davantage encore s’il s’agit de questions de mœurs, d’avortement, d’euthanasie ou de mariage homosexuel. Notons que les Orientations disent elles mêmes « que dans le voir et le juger de la réalité, l’Église n’est pas ni ne peut être neutre. »[5] Même dans le « voir » donc. Dans son « panorama » de l’état du monde, la Constitution Gaudium et spes commence par une description rigoureuse, exemplaire, peut-on dire, de la « Condition humaine dans le monde d’aujourd’hui »[6] puis examine rapidement les causes des problèmes repérés en mettant en exergue « Les interrogations profondes du genre humain »[7]. Et c’est à ce niveau, au niveau du cœur de l’homme que l’Église « offre à l’homme, par son Esprit, lumière et forces pour lui permettre de répondre à sa très haute vocation. »[8]

Plus près de nous, les évêques de France⁠[9] brossent un tableau de la situation de leur pays que maints observateurs éloignés du christianisme peuvent corroborer. Ce portait de l’« hexagone » est intéressant parce qu’il ressemble à s’y méprendre au tableau politique et social qui pourrait être brossé dans d’autres pays occidentaux. Dans quel pays en effet ne peut-on constater la lassitude, les frustrations, les peurs et la colère d’une population qui a tendance à se désintéresser de la politique. Dans quel pays ne peut-on sentir que « le vivre ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué » ? Où ne peut-on dire que « la crise de la politique est d’abord une crise de confiance envers ceux qui sont chargés de veiller au bien commun et à l’intérêt général » et que « l’attitude et l’image de quelques-uns jette le discrédit sur l’ensemble de ceux qui vivent l’engagement politique comme un service de leur pays » ? Un peu partout, on dénonce le mensonge, la corruption, les promesses non tenues, « le compromis toujours suspecté de compromission », la précarité et l’exclusion, le chômage et « le salaire indécent de certains grands patrons », un sentiment d’insécurité mais aussi d’injustice et de déception, la juridicisation croissante de la société, la violence, l’incivilité, le racisme, la crise du système éducatif, « l’insécurité culturelle » et « les malaises identitaires » suite aux migrations, « la contestation […] devenue le mode de fonctionnement habituel, la culture de l’affrontement [qui] semble prendre le pas sur celle du dialogue », « les accusations et caricatures réciproques [qui] prennent rapidement le dessus sur des échanges constructifs », les médias « quand ils préfèrent slogans, petites phrases, et a priori réducteurs, à l’analyse sérieuse et au débat respectueux », le paradoxe qui consiste à « réclamer des protections supplémentaires », à « dénoncer toute insuffisance supposée des autorités, et, en même temps, » à se plaindre, « souvent à juste titre, des contraintes de plus en plus grandes qui corsètent la vie de chacun, et découragent beaucoup d’initiatives ». Tel est en résumé, le diagnostic posé par les évêques qui n’en restent pas au constat mais interprètent ces malaises et dysfonctionnements comme une « crise de sens », une perte du sens de l’universel, du sens du « pour quoi ».

Il n’empêche qu’il est possible de rassembler beaucoup d’esprits divers autour de nombreux faits, de leurs causes et de leurs conséquences sans que leur sensibilité philosophique ou religieuse se sente mise en question. Beaucoup de ces réalités « vues » peuvent d’ailleurs être corroborées par des enquêtes menées avec rigueur et un maximum d’objectivité par des auteurs éloignés du christianisme. Les Orientations convoquent d’ailleurs, nous l’avons lu, les « sciences humaines et sociales ».

Quant l’abbé Cardijn parlait de « voir », il privilégiait l’enquête directe et personnelle : « il est nécessaire de procéder à des enquêtes continuelles et approfondies. On ne peut, en effet, en ces matières, se baser sur des connaissances livresques ou sur des idées a priori : il faut, au contraire, disposer de renseignements exacts et actuels sur les réalités vivantes. » Il pensait prioritairement à la formation des jeunes travailleurs mais nous pouvons élargir son propos et considérer qu’il est avantageux que pour tous d’« apprendre à voir par des enquêtes personnelles ou collectives bien dirigées et bien contrôlées. Ces enquêtes ont une grande valeur éducative : elles éclairent l’intelligence et enflamment le cœur. »[10]

Evidemment cette attitude directe risque, dira-t-on, de rétrécir le champ de l’investigation à sa propre condition. Cardijn d’ailleurs invitait les jeunes travailleurs à analyser leur « situation religieuse, morale, intellectuelle, économique »[11]. Mais cette expérience est loin d’être anodine ou pauvre en signification car nous ne sommes pas des monades mais des êtres de relations. Chacun de nous a une histoire qui l’immerge dans un milieu familial, social, scolaire, professionnel, politique, naturel, qui peut donner une image prégnante de ce que vit la « grande » société. Je peux, par exemple, à mon niveau, constater personnellement les faiblesses d’une vie familiale, d’un parcours d’écolier, d’une gestion communale, d’un milieu de travail et même tâcher d’évaluer les causes de divers manquements. Encore faudra-t-il se demander si mon ressenti et mon analyse sont le fruit d’un caprice ou s’ils révèlent une entrave ou une atteinte à mon humanité, à ce qui fait ma dignité et la dignité de tout homme. L’honnêteté intellectuelle réclame recoupements et confrontations. La rencontre avec d’autres témoins est indispensable pour élargir et en même temps préciser le diagnostic. Ces témoins sont de toute façon requis lorsque je veux me pencher sur des problèmes qui ne me touchent pas personnellement mais qui en touchent d’autres. Témoins directs ou enquêteurs qui, dans leurs rapports, offrent un maximum de sérieux.

Ce travail personnel d’observation, de dialogue, éventuellement de lectures plus spécialisées, est indispensable à une époque où les gens sont confrontés aux approximations, simplifications et manipulations des mass media.⁠[12]

Tout citoyen constate ou sent que certaines « choses ne vont pas ». Il est tôt ou tard interpellé, scandalisé par tel ou tel fait, telle ou telle opinion. Dans l’état actuel du monde, les sujets d’inquiétude ne manquent pas et nous les avons rencontrés le long de notre parcours au fil des tomes précédents. Rappelons rapidement quelques problèmes⁠[13].

Rappelons l’omniprésence de la guerre et de la violence même si certains y ont pris goût ou en font l’apologie, elles dérangent et effraient bien des gens.⁠[14]

Nous vivons dit-on une époque où l’individualisme règne en maître accompagné de son cortège : le relativisme, le refus de toute hétéronomie, le subjectivisme, l’inflation des droits subjectifs et de la mise en question des droits objectifs, l’hédonisme et le consumérisme⁠[15].

Nous connaissons aussi une crise de la démocratie, la dérive des institutions nationales et internationales, la corruption, l’affaiblissement des syndicats ou leurs dérives ; le laïcisme s’installe, la méfiance vis-à-vis de l’État et de la Justice se répand, des populismes surgissent.⁠[16]

La crise économique dure et s’accompagne de chômage dans le cadre de la mondialisation et des délocalisations, où l’économie-casino et la spéculation dominent ; en même temps le sous-développement perdure, un néo-colonialisme voit le jour, partout on déplore des inégalités, une insécurité alimentaire, on dénonce encore technocratisme et matérialisme et en réaction le nationalisme et le protectionnisme, les bouleversements économiques et la disette entraînent de larges et dramatiques migrations.⁠[17]

Sur le plan des mœurs, famille-mariage-filiation, divorce, avortement, euthanasie, mariage homosexuel, adoption par homosexuels bioéthique brochiez ?.⁠[18]

Les vieilles idéologies et de nouvelles idéologies se disputent les esprits : néo-libéralisme et néo-marxisme, écologisme et théorie du « gender ».⁠[19]

La déchristianisation, l’antichristianisme, l’athéisme, le fondamentalisme musulman, le fidéisme et le surnaturalisme, la sécularisation.⁠[20]

La crise de la culture, modernité et post-modernité, le multiculturalisme, nivellement ou éclectisme culturel, école en crise.⁠[21]

Tous désordres qui, si l’on s’efforce d’y réfléchir, ont entre eux des connexions, une certaine familiarité.

Désordres dont il est fructueux de chercher les causes et non des coupables, ce qui nous détournerait de l’essentiel et risquerait de mal orienter l’action à venir.⁠[22]

Il est intéressant aussi mais plus difficile vu l’ambiance morose dans laquelle baignent maintes société, de relever quand même les « choses qui vont » ou, du moins, celles qui semblent aller bien ne serait-ce que pour se persuader qu’un mieux est possible, que le mal n’a pas définitivement triomphé du bien. Ce seront surtout des manifestations de solidarité, de générosité, de justice, d’hospitalité, de désintéressement, d’honnêteté, de respect, de concorde, bref de toutes les vertus qui permettent de vivre bien ensemble entre gens différents.

Mais reste à définir le pourquoi de ces maux et de ces biens. La lecture de l’encyclique Caritas in veritate qui dresse, entre autres, un portait du monde au début du XXIe siècle ou de l’un ou l’autre livre repris en note peut être utile comme d’ailleurs la simple énumération qui précède. Ne pourrait-on dire, après lecture et sous peine de vérification, que l’individualisme qui se manifeste par de l’égoïsme et une volonté de puissance est la source des maux relevés et que le souci prioritaire de l’autre informe les bons côtés de nos sociétés ? Et donc tout acte de « voir » implique le « juger ».⁠[23]


1. Id., n°7, §2.
2. Ce prêtre du diocèse de Namur (1959), enseigna la théologie au Grand Séminaire de Lumumbashi (1963-1968) et de Namur (1968-1977) et fut formateur au Séminaire Cardijn (1977-1984). De 1969 à 2003, il enseigna la missiologie, sa spécialité, à la Faculté de théologie de Louvain.
3. CHEZA M., Voir-Juger-Agir, Une pédagogie enracinée dans la vie, in Les analyses de l’ACRF, 2009, n°31, pp. 1-2. L’ACRF est l’Action chrétienne rurale des femmes. M. Cheza note que la méthode « Cardijn » « est toujours l’un des points de repère de l’ACRF dans son projet de mouvement. » Il fait remarquer aussi que « les trois moments classiques […​] peuvent être aménagés de différentes façons. Par exemple, l’abbé Santedi de Kinshasa parle de contextualisation (que se passe-t-il dans le concret de la vie ?), de décontextualisation (quelles valeurs sont-elles en jeu ?) et de recontextualisation (retour vers le réel pour le rendre plus humain). »
4. Notons que l’architecte et auteur de bandes dessinées belge, Luc Schuiten (né en 1944) définit ainsi l’utopie : « « Le mot utopie veut dire simplement ‘’possible qui n’a pas encore été expérimenté’’ ». Cf. https://mrmondialisation.org/les-utopies-illustrees-de-luc-schuiten/
5. N°7, §3.
6. Cf. Exposé préliminaire, La condition humaine dans le monde d’aujourd’hui, § 4-9.
7. GS 10, 1.
8. GS 10, 2.
9. Conférence des évêques de France, Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique, Bayard-Cerf-Mame, 2016 ou DC n° 2525, janvier 2017, pp. 5-14.
10. Va libérer mon peuple, Editions ouvrières-Vie ouvrière, 1982, p. 85.
11. Manuel de la JOC, Editions jocistes, 1930, pp. 21-22.
12. On peut lire, par exemple, la petite étude que j’ai consacrée en 2015 aux attentats de paris : Violences à émotions variables.
13. En note on trouvera les références à quelques livres qui ont été lus ou qui sont éventuellement à lire si l’on veut aborder les « réalités » avec un autre regard. On pourrait en citer des centaines d’autres mais ce ne sont que quelques pistes qui invitent le lecteur à se confronter avec la réalité qu’il connaît et celle qu’il découvre au fil des pages. On constatera que ces livres sont plus ou moins récents, plus ou moins bien documentés et écrits par des auteurs très divers d’orientation.
14. Il suffit de lire son journal ou de regarder les journaux télévisés…​ !
15. MOULIN Léo, Moi…​et les autres, Petit traité de l’agressivité au quotidien, Labor, 1996 ; Collectif Jean Ousset, La dictature du relativisme, Les éditions du Net, 2014 ; MATTEI Roberto de, la dictature du relativisme, Muller Edition, 2011 ; HAARSCHER Guy, Philosophie des droits de l’homme, Editions de l’Université de Bruxelles, 1993 ; BAUDRILLARD Jean, La société de consommation, Folio, 1986 ; CLOUSCARD Michel, Le capitalisme de la séduction, Delga, 2006.
16. GAUCHET Marcel, La démocratie contre elle-même, Tel-Gallimard, 2002 ; ROLLET Jacques, La tentation relativiste ou la démocratie en danger, Desclée de Brouwer, 2007 ; ROMILLY Jacqueline de, Actualité de la démocratie athénienne, Bourin, 2006 ; HAARSCHER Guy, Les démocraties vont-elles survivre au terrorisme ?, Labor, 2002 ; POPPER Karl, La télévision : un danger pour la démocratie, 10/18,1994 ; sous la direction de WEYDERT Jean, Fragile démocratie, Politique, Cultures et religions, Bayard, 1998 ; BROSSAT Alain, Le sacre de la démocratie, Tableau clinique d’une pandémie, Anabet, 2007 ; MANENT Pierre, La raison des nations, Réflexions sur la démocratie en Europe, Gallimard, 2006 ; DELSOL Chantal, Populisme, les demeurés de l’histoire, Ed. du Rocher, 2015 ; RODHAM CLINTON Hilary, Civiliser la démocratie, DDB, 1998 ; HAVEL Vaclav, Essais politiques, Calmann-Lévy, 1990 ; Id., L’angoisse de la liberté, L’Aube, 1994 ; Id., L’amour et la vérité doivent triompher de la haine et du mensonge, Editions de l’Aube, 1990 ; Id., Il est permis d’espérer, Calmann-Lévy, 1997 ; REVEL Jean-François, Comment les démocraties finissent, Grasset-Fasquelle, 1983 ; GARCIN-MARROU Isabelle, Terrorisme, Médias et démocratie, Presses universitaires de Lyon, 2001.
17. CHOSSUDOVSKY Michel, Mondialisation de la pauvreté et nouvel ordre mondial, Ecosociété, 2004 ; GRASSET Philippe, Le monde malade de l’Amérique, La doctrine américaine des origines à nos jours, Chronique sociale, EVO, 1999 ; HOCHRAICH Diana, Mondialisation contre développement, Le cas des pays asiatiques, Syllepse, 2002 ; SHIVA Vandana, Le terrorisme alimentaire, Comment les multinationales affament le tiers-monde, Fayard, 2001 ; ZIEGLER Jean, La haine de l’Occident, Albin Michel, 2008.
18. Institut Thomas More, L’enfant oublié, Propositions pour la famille de demain, Cerf, 2016 ; GUILLEBAUD Jean-Claude, La tyrannie du plaisir, Seuil, 1998 ; Huston Nancy, Reflets dans un œil d’homme, Acte Sud, 2012 ; FINKIELKRAUT Alain, Et si l’amour durait, Stock, 2011 ; HARGOT Thérèse, Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque), Albin Michel, 2016 ; les études publiées par l’Institut européen de bioéthique sur http://www.ieb-eib.org/fr/rubriques/etudes-recentes-3.php
19. VERLINDE Joseph-Marie, L’idéologie verte, Les dérives de l’écologisme, Livre ouvert, 2013 ; LARMINAT Stanislas de, Les contrevérités de l’écologisme, Salvator, 2011 ; HAARSCHER Guy et TELO Mario, Après le communisme, Editions de l’Université de Bruxelles, 1993 ; MANENT Pierre, Histoire intellectuelle du libéralisme, Pluriel, 2012 ; HAVEL Vaclav, Quelques mots sur la parole et GLUCKSMANN André, Sortir du communisme c’est rentrer dans l’histoire, Editions de l’Aube, 1989 ; CLOUSCARD Michel, Néo-fascisme et idéologie du désir, Mai 68: la contre-révolution libérale libertaire, Delga, 2007 ; PEETERS Marguerite A., Le gender, une norme mondiale ?, Mame, 2013 ; VERLINDE Joseph-Marie, L’idéologie du gender: identité reçue ou choisie ?, Livre ouvert, 2012.
20. NEMO Philippe, La belle mort de l’athéisme moderne, PUF, 2012 ; MOULIN Léo, Libre parcours, Itinéraire spirituel d’un agnostique, Racine, 1995 ; ROY Olivier, La sainte ignorance, Le temps de la religion sans culture, Seuil, 2008 ; GRIMAUX Thomas, Le livre noir des nouvelles persécutions antichrétiennes, Favre, 2007 ; FONTAINE Abbé Julien, La déchristianisation et ses causes, Editions Saint Sébastien, 2016 ; ZANAZ Hamid, Islamisme, Comment l’Occident creuse sa tombe, Editions de paris-Max Chaleil, 2013.
21. LUSSATO Bruno et MASSADIE Gérald, Bouillon de culture, Laffont, 1986 ; HUYGHE François-Bernard et BARBES Pierre, La soft-idéologie, Laffont, 1987 ; ARENDT Hannah, La crise de la culture, Idées Gallimard, 1985 ; VOLKOFF Vladimir, Manuel du politiquement correct, Editions du Rocher, 2001 ; HENRY Michel, La barbarie, Grasset, 1987 ; GLUCKSMANN André, La bêtise, Grasset, 1985 ; FINKIELKRAUT Alain, La défaite de la pensée, Gallimard, 1987 ; REVEL Jean-François, La connaissance inutile, Grasset, 1968 ; VIRIEU François-Henri de, La médiacratie, Flammarion, 1990 ; BRAGUE Rémi, Le règne de l’homme, Genèse et échec du projet moderne, Gallimard, 2015 ; VOLKOFF Vladimir, La désinformation, arme de guerre, Julliard, L’âge d’homme, 1986 ; GUILLEBAUD Jean-Claude, Le deuxième déluge, Face aux médias, DDB, 2011 ; TJADE EONE Michel, Et si le terrorisme manipulait les médias, Dianoïa, 2005.
22. Cf. CHEZA M., op. cit., p.2.
23. Un parcours intéressant est proposé par la philosophe DELSOL Chantal qui, après avoir analysé en profondeur le mal-être de notre « civilisation », dans L’âge du renoncement (Cerf, 2012), part à la recherche des « Pierres d’angle » en se posant la question : « à quoi tenons-nous ? » (Cerf, 2014).
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)