⁢ii. Economie solidaire ou économie sociale ?

Si l’on s’en tient au sens des mots, il semble aller de soi qu’une économie solidaire soit, par nature, sociale et vice versa.

Toutefois, l’expression « économie sociale » a pris dans nos sociétés un sens tr_s précis qu’il convient de définir.

On appelle, au sens strict, « économie sociale », le secteur économique qui a comme vocation de répondre aux besoins qui ne sont satisfaits ni par l’État, ni par les « organisations privées à but lucratif ». d’autres dénominations sont parfois employées⁠[1] mais elles recouvrent souvent des réalités un peu différentes tant et si bien qu’en 1990, le Conseil Wallon de l’Economie Sociale, pour éviter les confusions a défini très officiellement l’économie sociale en décrétant que « L’économie sociale se compose d’activités économiques exercées par des sociétés, principalement coopératives, des mutualités et des associations dont l’éthique se traduit par les principes suivants :

- finalité de service aux membres ou à la collectivité plutôt que le profit,

- autonomie de gestion,

- processus de décision démocratique,

- primauté des personnes et du travail sur le capital dans la répartition des revenus ».⁠[2]

Entre entreprises publiques, entreprises « capitalistes » et ce troisième secteur, les frontières ne sont ni nettes ni étanches. On peut ranger dans ce troisième secteur les coopératives de production ou de consommation, les caisses de solidarité du XIXe siècle, les ateliers protégés ou entreprises de travail adapté (ETA), les entreprises de formation par le travail (EFT, en Wallonie), les associations de formation par le travail (AFT, à Bruxelles) ou, plus largement, les associations « à pertinence économique »[3], les maisons médicales, les entreprises de commerce équitable (Magasins du monde-Oxfam), les organismes d’insertion socio-professionnels (OISP),, les entreprises reprises par les travailleurs en autogestion⁠[4] ou sous contrôle ouvrier⁠[5], les organismes de financements alternatifs⁠[6], les mutualités, du moins dans la prestation des services liés à l’assurance complémentaire, les entreprises de réemploi et de recyclage des déchets, etc..⁠[7]

Toutes ces initiatives sont précieuses sur le plan social car elles s’adressent souvent - pas toujours - à « des personnes en grande difficulté d’insertion socio-professionnelle »[8]. De plus, elles peuvent intéresser le secteur économique classique en promouvant ce qu’on appelle : le « développement autocentré »[9]. Ainsi, les célèbres fromagerie et brasserie trappistes de Chimay ont développé un outil de développement local : la fondation Chimay-Wartoise⁠[10].

Ce dernier exemple est particulièrement intéressant parce qu’il nous introduit précisément dans le monde de l’économie solidaire.

La question est, en effet, de savoir si le secteur économique classique peut se transformer au point de n’avoir plus le profit comme seule finalité mais de l’inscrire dans le souci plus large du bien commun.

Nous savons que l’entreprise est un lieu de vie et a un rôle social mais, sur un plan plus large, si l’activité économique n’a de sens, comme nous l’avons établi, que dans la lutte contre les pauvretés, quel rôle peut-elle jouer dans la construction d’une société, d’un monde que l’on souhaite solidaire ?


1. On parle de « secteur non-marchand », de « secteur non-profit » ou « no-for profit », de « volontary sector », de « services de proximité », d’ »économie alternative » ou « solidaire » ou « citoyenne », etc. Toutes ces formules ne sont pas rigoureusement synonymes. (Cf. MERTENS Sybille, L’économie sociale, un troisième secteur à appréhender, texte disponible sur www.econosoc.org/publications/sybille_mertens.htm).
2. Cf. MERTENS Sibylle, op. cit. ou DELESPESSE Jean, L’économie sociale : un troisième secteur (également disponible sur www.econosoc.org/publications/trois_secteurs.htm).
3. On appelle associations à pertinence économique, les associations qui « mobilisent (…) des ressources - telles que du travail, des infrastructures et du matériel - pour produire des biens et des services en vue de satisfaire des besoins ». En plus des ateliers protégés, on peut ranger dans cette catégorie, la Croix-Rouge, Médecins sans frontières, les organisations non-gouvernementales de coopération, les écoles de devoirs, les Restos du cœur, les télé-services, les associations culturelles et sportives, etc. (Cf. DELESPESSE J., op. cit.).
4. Ce fut l’objectif de la Fondation André Oleffe (émanant de la CSC) et de la coopérative de financement SAVE. Presque toutes les expériences ont échoué. Aujourd’hui, le MOC, par l’entremise de l’asbl Syneco (www.syneco.be) , conseille les entreprises d’économie social et leur offre une assistance à la gestion (administrative, comptable, fiscale, financière, etc.) Et l’accompagnement pour le développement de projets.
5. Avec le soutien de FOSODER à Verviers et de la Fondation André Renard à Liège, organismes mis sur pied par la FGTB. Ces expériences ont eu plus de succès que les expériences d’autogestion.
6. Notons que certains organismes financiers « traditionnels » sont actifs en économie sociale.
7. Cf. DELESPESSE Jean, La nouvelle économie sociale, (sur le site www.econosoc.org/publications/nouvelle_econosoc.htm).
8. MERTENS Sibylle, op. cit..
9. Ce concept est surtout utilisé pour les pays du tiers-monde mais adaptable.
10. Cette fondation a lancé en 2003 l’initiative Cap 2010 qui concerne les régions de Chimay, Momignies et Couvin. Elle a soutenu jusqu’à présent une cinquantaine de projets pour la jeunesse, l’emploi (notamment dans les industries du bois) et les « bonnes pratiques » (plus de moyens, plus de personnel, plus d’organismes d’aide)
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)