⁢b. La guerre de 39-45

A propos de l’engagement des Alliés lors de la seconde guerre mondiale, le futur Benoît XVI rappelle le devoir d’intervention humanitaire : « S’il y a eu jamais, dans l’histoire, un bellum justum, c’est bien ici, dans l’engagement des Alliés, car l’intervention servait finalement aussi au bien de ceux contre le pays desquels la guerre a été menée. Une telle constatation me paraît importante, car elle montre, sur la base d’un événement historique, la caractère insoutenable d’un pacifisme absolu »[1]

De visite en Grande-Bretagne, le pape rendra hommage à ceux qui se sont opposés au nazisme : « …nous pouvons nous rappeler combien la Grande-Bretagne et ses dirigeants ont combattu la tyrannie nazie qui cherchait à éliminer Dieu de la société, et qui niait notre commune humanité avec beaucoup de personnes jugées indignes de vivre, en particulier les juifs. »[2]


1. Cardinal RATZINGER Joseph, A la recherche de la paix, in Communio, n° XXIX, 4, juillet-août 2004, pp. 107-118.
2. Discours lors de la rencontre avec la Reine à Holyroodhouse, 16 septembre 2010, in DC n° 2454, 17 octobre 2010, p. 866.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)