⁢iv. Un peu d’histoire

Le Moyen Age⁠[1] fut, au début, une civilisation rurale aux rendements faibles⁠[2], agitée par des rivalités sociales et enserrée dans le cadre seigneurial où, au bas de l’échelle sociale, vivent esclaves⁠[3], serfs⁠[4] et demi-serfs. Il y a certes quelques industries mais elles sont lourdement soumises à l’autorité du seigneur qui possède ou grève de son droit, forêts, bois, monts, plaines, mines, voies d’eau, chutes d’eau, aqueducs et canaux.⁠[5] Les moyens techniques sont pauvres, les sols et les climats parfois difficiles mais « ces campagnes médiévales d’Occident nourrissent mieux leurs hommes que ne l’ont fait ou ne le font encore tant d’autres pays où la faim est un mal de chaque année. »[6]

Petit à petit la situation va évoluer.


1. Nous suivrons ici l’étude de HEERS J., Le travail au Moyen Age, PUF, Que sais-je ?, 1968.
2. « Chaque maison de vilain s’entoure d’un jardin enclos qui joue un rôle essentiel dans l’économie des campagnes. Les plus pauvres des paysans n’ont aucun champ à emblaver : seulement cet étroit carré de terre où ils récoltent des « herbes » - les légumes - et quelques mesures de blé ; ils y cultivent parfois du lin, filé et tissé en hiver dans leur masure. Tous les villages d’Occident comptent ainsi des cottagers, cottiers, bordiers, Gärtner, Kotner, Kossaten, qui ne vivent que de leurs gages d’ouvriers agricoles sur les terres d’autrui, d’une ou deux bêtes confiées au troupeau communal, des épis glanés sur les champs moissonnés, des droits d’usage dans les bois, et surtout du petit jardin enclos. Sans doute sont-ils fort nombreux ; mais les textes de l’époque, presque toujours liés à la seigneurie foncière, parlent peu de ce prolétariat rural, qui vit étroitement soumis au droit du maître, et aux exigences de la communauté villageoise. Seul ce travail à la houe et à la bêche de petits carrés de terre fertilisés par l’engrais animal et humain, peut expliquer les fortes densités de certaines communautés rurales de l’Occident médiéval. En de nombreux villages d’Italie, les statuts disent d’ailleurs, très exactement, quelle doit être la dimension minimum des jardins potagers et contraignent chaque habitant à planter un nombre bien précis de pieds de poireaux, oignons, aulx et ciboules. » (Id., pp. 27-28)
3. Comme vu précédemment, celui-ci évolue lentement sous l’effet de l’évangélisation de sorte que « ...de toutes les sociétés médiévales, celle des pays d’Islam, plus proche de l’héritage antique et oriental, paraît la plus résolument esclavagiste. » (HEERS J., op. cit., p. 124). Georges Lefranc, lui, se pose la question : « L’esclavage a-t-il duré parce qu’on ne connaissait pas le collier d’épaules ? Ou bien a-t-on inventé le collier d’épaules lorsqu’on n’a plus eu d’esclaves en suffisance ? » ( Histoire du travail et des travailleurs, Flammarion, 1957, p. 90). Marc Bloch répond : « Au Moyen Age, moulins mus par l’eau ou le vent, moulins à grains et à tan, à foulons, scieries hydrauliques, martinets de foyer, collier d’épaules, ferrure des bêtes de somme, attelage en file, rouet ; : autant de progrès qui épargnent le travail humain parce que le maître a moins d’esclaves. » ( in Avènement et conquête du moulin à eau, in Annales d’histoire économique et sociale, t. VII, 1935, p. 538).
4. G. Lefranc : « Si dure qu’elle soit, la condition du serf est cependant supérieure à celle d’esclave ; il peut ester en justice, et sous certaines conditions se marier légalement, voire disposer de sa tenure. » (Histoire du travail et des travailleurs, Flammarion, 1970, p. 97).
5. Id., p. 38.
6. Id., p.49.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)