⁢iii. La famille et le travail

Entre la famille et le travail, il y a interaction.

Première école de travail, la famille est, bien sûr, un lieu d’ éducation, de culture et de mémoire mais elle développe la capacité d’initiative, le sens de la responsabilité et de l’effort, la la perception de l’autre et son respect, la solidarité, la discipline et l’autonomie.⁠[1]

La vie de la famille est marquée par la situation de l’entreprise où les parents travaillent. Celle-ci impose un certain nombre de contraintes à son personnel mais, en retour, elle doit se préoccuper de son personnel, des conditions d’existence et de développement des familles. Si la famille vit bien grâce à l’entreprise, celle-ci profitera de la bonne ambiance créée.⁠[2]

Par ailleurs, sur un plan strictement économique, les entreprises dépendent des marchés, des personnes et donc des familles qui consomment ce que produisent les entreprises. On peut aller jusqu’à dire, crûment, que l’enfant est une valeur créée par les parents puisqu’il est un « futur producteur de biens et de « services » économiques »[3], un consommateur ou futur consommateur⁠[4] et que « les caisses de retraite et leurs créanciers s’enrichissent grâce à l’activité parentale ».[5]

Contrairement à ce que l’on croit et à ce qu’on entend, depuis la théorie de Malthus, la famille est source de prospérité économique. Certes, celle-ci est relative et toujours à rechercher mais, affirme l’économiste, elle « est impossible contre la famille. Le développement économique passe par la formation de capital humain ; celui-ci se constitue d’abord au sein de cette communauté de personnes qu’est la famille. La vie économique doit être organisée autour de la personne et en particulier elle ne peut ignorer l’existence de la réalité familiale. Enfin une économie prospère implique une vision dynamique, d’où l’importance de raisonner sur plusieurs générations »[6]

Avec le célèbre démographe Alfred Sauvy⁠[7] on peut affirmer qu’« on ne connaît pas d’exemple de pays ayant assuré son développement économique dans la stagnation démographique »[8]. La pression démographique incite à la création de nouvelles richesses. La présence d’enfants favorable à l’épargne et aux placements à long terme. Tandis qu’une faible fécondité entraînant le vieillissement de la population active, amène moins de flexibilité, moins de mobilité et rend les innovations plus difficiles, l’influence des personnes âgées allant croissant dans les prises de décision.⁠[9]

En somme, « l’existence de la famille apparaît essentielle au développement économique, ne serait-ce que par la quantité de richesses qu’elle produit ».⁠[10]

Dans le chapitre consacré au développement des peuples, nous reviendrons plus longuement sur cette idée radicalement opposée aux thèses habituelles.


1. . LECAILLON J.-D, op.cit., p. 43.
2. « Il est de plus en plus clair que l’entreprise peut avoir intérêt (…) à faciliter la flexibilité du temps de travail pour accommoder la vie de la famille chez l’homme comme chez la femme. Il ne s’agit pas seulement d’accommodements marginaux, mais de l’apparition d’un état d’esprit nouveau, notamment parmi les plus jeunes. C’est une raison d’espérer dans le caractère transitoire, historiquement, des excès constatés aujourd’hui dans nombre d’entreprises, qui suppriment des emplois, d’un côté et surchargent de travail ceux qui n’ont pas fait l’objet de « charrettes ». » (DHERSE J.L. et MINGUET Dom Hugues, op. cit., p. 327. Les auteurs s’appuient sur une étude du Minnesota Center for Corporate Responsability, The Work and Family Dilemna, in Executive Citizen).
3. Id., p.46.
4. La publicité en apporte une triste preuve : « Le ciblage de la publicité sur les couches les plus jeunes de la population a encouragé une description stéréotypée de la jeunesse modelée dans les agences de publicité, qui n’ont pas d’autres buts que de chercher des clients et de les satisfaire, contrat par contrat, et qui ne sont pas mandatées pour promouvoir une image de la famille qui soit celle qui a les conséquences les plus positives sur la société dans son ensemble ». (DHERSE J.L. et MINGUET Dom Hugues, op. cit., p. 326).
5. Id., p. 47.
6. Id., pp. 116-117.
7. Co-auteur avec G.-Fr Dumont, Jean Legrand et Pierre Chaunu de La France ridée, Hachette, 1986. A. Sauvy (1898-1990), sociologue et démographe, fut directeur des Etudes démographiques (1945-1962).
8. LECAILLON J.-D., op. cit., p. 65.
9. Id., p. 70.
10. Id., p. 42.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)