⁢e. Remarques

Une « non-idéologie ».

Le mot « idéologie » est un mot difficile à définir⁠[1]. Dans le vocabulaire courant, il désigne tout simplement, la « doctrine qui inspire ou paraît inspirer un gouvernement ou un parti »[2]. Ce sens général ne soulève évidemment pas de difficultés. Par contre, dans la mouvance marxiste, le mot a pris un sens plus précis. L’idéologie, écrit Engels, est « un ensemble d’idées vivant d’une vie indépendante et uniquement soumis à ses propres lois. Le fait que les conditions d’existence matérielle des hommes, dans le cerveau desquels se poursuit ce processus idéologique, déterminent en dernière analyse le cours de ce processus, ce fait reste entièrement ignoré d’eux, sinon c’en serait fini de toute idéologie »[3]. Très concrètement, Marx et ses disciples visaient « l’ensemble des idées et représentations que la classe dominante produit à partir de sa situation de force, pour défendre ses intérêts de classe et pour consolider sa domination »[4]. A partir de là, idéologie est devenu un terme péjoratif qui désigne un système de pensée qui refuse de voir la réalité dans toute sa complexité, sa diversité, ses changements, voire ses contradictions. Elle simplifie le réel pour qu’il soit conforme aux idées qu’elle s’est forgées a priori ou en ne considérant qu’un aspect des choses. Elle est, par le fait même, imperméable à l’expérience tout en prétendant prévoir et expliquer tous les événements. Enfin, elle a de l’histoire et des êtres, une vision manichéenne : elle incarne le Bien et tout ce qu’elle n’est pas est le Mal⁠[5].

On comprend qu’il est grave alors de présenter la doctrine sociale de l’Église comme une idéologie⁠[6]. Or, tout ce que nous avons vu précédemment prouve le contraire. Le corps de doctrine interpelle l’histoire et se laisse interpeller par elle. Attentive aux signes des temps⁠[7], l’Église invite à examiner de près les idéologies⁠[8]et les événements du monde. Ouverte à l’expérience et aux sciences profanes, la doctrine sociale « n’est pas un discours homogène ; il faut, au contraire, y distinguer divers niveaux, et en reconnaître les composantes qui sont d’inégale importance et d’inégale valeur[9]. Cela tient à la nature même d’un discours pastoral qui suppose un diagnostic portant sur « l’actualité historique » et le souci d’éclairer la pratique. Se vérifie ainsi un va-et-vient entre l’énoncé doctrinal des principes et le jugement pastoral prudentiel ; or qui dit prudence dit nécessairement part de contingence. Mais d’autre part, il n’y a pas de jugement prudentiel qui ne s’appuie sur des principes vrais »[10].

Dans Centesimus annus, Jean-Paul II confirmera : « N’étant pas une idéologie, la foi chrétienne ne cherche nullement _ enfermer dans le cadre d’un modèle rigide la changeante réalité sociale et politique et elle admet que la vie de l’homme se réalise dans l’histoire de manières diverses et imparfaites. Cependant l’Église, en réaffirmant constamment la dignité transcendante de la personne, adopte comme règle d’action le respect de la liberté »[11].

Un instrument de dialogue.

Fruit d’un dialogue entre la foi et la raison, entre la Révélation et le monde, la doctrine sociale de l’Église « a, par elle-même, la valeur d’un instrument d’évangélisation »[12]. Et Mgr Nguyen Van Thuan⁠[13] de préciser encore : « un instrument privilégié du dialogue avec la société nouvelle », et « d’évangélisation », car la doctrine sociale de l’Église « rencontre les personnes dans leur situation concrète de recherche de plus de justice et de vérité ».

Une pédagogie à double sens.

Le lien essentiel et existentiel entre les « œuvres » et la foi peut suggérer que le débat classique entre la méthode « descendante » qui consiste à déduire de la foi les exigences sociales et la méthode « ascendante » qui tente, à partir de la raison d’établir les conditions d’accueil de la foi, est un faux débat. Comme l’écrit Mgr Walter Kasper: « Les deux traditions se retrouvent non seulement dans les documents du Concile, mais également dans l’enseignement de Jean-Paul II »[14]. d’une part, une foi cohérente doit se vivre dans toutes ses conséquences et transformer tous les aspects de l’existence humaine sans exception et d’autre part, l’effort persévérant d’humaniser, le plus pleinement possible, le monde et la société, ne peut être éclairé et soutenu que par la foi. Il n’est pas superflu de rappeler ici que le même problème se pose en morale conjugale. On peut y adhérer, par exemple, pour des raisons économiques ou écologiques ou encore par pure obéissance au Magistère de l’Église. Mais on constatera souvent que sans éclairage théologique, sans prière ni sacrements, cette morale se dessèche en moralisme ou se dissout sous l’action du modèle social ambiant dans la mesure où toute une culture contemporaine érotisée contredit l’attitude recommandée par l’Église.

Depuis Vatican II, l’Église, tout en continuant à garder les deux voies, comme l’écrit Mgr Kasper, a eu tout de même tendance à privilégier la méthode « descendante ». Pour des raisons œcuméniques, nous allons le voir. Pour cause de déchristianisation, nous l’avons déjà dit. Pour s’ouvrir aussi aux cultures qui ont grandi loin des concepts gréco-latins du droit naturel ; que ce soient les cultures non-européennes ou la culture très pluraliste du monde occidental. Enfin, l’Église veut éviter, en commençant par les fondements ultimes, un « consensus minimaliste ».

Si, idéalement, il est souhaitable de faire tout le trajet proposé par la vision chrétienne, dans le sens ascendant ou descendant, il est clair, que dans la réalité, bien des obstacles surgiront et empêcheront de cheminer plus avant. Mais, dans tous les cas, il peut être opportun d’évoquer les conditions de la cohérence chrétienne,

Un dialogue tous azimuts

Il est nécessaire de commencer par rencontrer les préoccupations de son interlocuteur et d’avoir le sens des étapes.

Avec certains, c’est par le biais de la philosophie, des sciences humaines ou, tout simplement, comme cela arrive très souvent aujourd’hui, au cours d’expériences heureuses ou malheureuses que l’échange pourra commencer.

Avec d’autres, c’est l’affirmation de la foi en un Dieu unique ou de la divinité du Christ que le dialogue s’installera.

Nous aurons l’occasion, dans le dernier chapitre, de méditer plus particulièrement la rencontre du message chrétien et du monde dans lequel nous vivons, matérialiste ou livré aux superstitions. C’est pourquoi nous nous bornerons ici à développer un peu les perspectives offertes par le souci social de l’Église d’accentuer le rapprochement entre les Églises chrétiennes.

L’éthique sociale et les Églises protestantes

Roger Mehl⁠[15] a écrit, à l’époque de Jean XXIII, une synthèse éclairante des positions protestantes⁠[16]. Dès l’abord, il souligne très fortement l’« embarras de la conscience chrétienne devant l’éthique sociale »[17] dans la mesure où cette conscience individuelle se sent interpellée au plus profond d’elle-même par un texte sacré qui est le texte de la Bible.

A travers l’histoire, les protestants ont réagi de manières très différentes.

Le piétisme

Le piétisme sépare les deux « règnes », celui de Dieu et celui de César. L’éthique sociale est affaire de césar, c’est-à-dire de l’État. L’Église, quant à elle, est neutre sur le plan économique ou social. elle est confinée dans le souci de l’âme et de la vie privée.

C’est la tendance d’un certain luthéranisme⁠[18] que Mehl critique non seulement sur un plan sociologique en dénonçant l’« idée insoutenable et ruineuse d’une séparation radicale en l’homme entre la personne individuelle et l’être social »[19] mais il s’attaque aussi à cette conception d’un point de vue théologique en rappelant l’« affirmation néotestamentaire de la Seigneurerie du Christ glorifié sur l’Église et sur le monde » ; négliger cela, c’est « aller dans le sens où la sécularisation pousse l’Église »[20].

Le biblicisme naïf

Mehl dénonce également le biblicisme naïf de ceux qui utilisent « tel ou tel verset biblique ou tel ou tel ensemble de versets pour en déduire immédiatement une règle d’action. (…) des préceptes bibliques concrets relatifs à une situation donnée et ayant pour visée la mise en évidence de l’action rédemptrice de Dieu sont transformés en règles universelles d’éthique sociale »[21]. Telle est la tentation d’un certain calvinisme qui, avec de tels principes de lecture, a pris des positions contestables et a privilégié l’Ancien testament au détriment du Nouveau.

Le Conseil œcuménique des Églises

Il est indéniable que les grandes conférences œcuméniques organisées à Stockholm (1925) ou à Oxford (1937) ont sensibilisé les Églises protestantes à des problèmes d’éthique sociale⁠[22]. Depuis lors, le Conseil œcuménique des Églises n’a cessé de prendre position sur toute une série de questions sociales. Toutefois, beaucoup de protestants critiquent les déclarations du Conseil qu’ils jugent trop engagées et souvent mal engagées car appuyées par des justifications contestables⁠[23].

La critique de la référence au droit naturel

Ayant pris ses distances par rapport aux « désengagés » et aux « littéralistes », Mehl se penche sur les encycliques de Jean XXIII⁠[24]. Il note la volonté du Saint père de rattacher la doctrine sociale au droit naturel. Il juge cette référence « inconsistante » dans une civilisation qui n’est plus chrétienne, ce qui semble rejoindre la préoccupation des Pères conciliaires. Mais il va plus loin, soulignant le « caractère relatif et sociologique » du droit naturel. Cette affirmation n’est guère convaincante dans la mesure où l’auteur simplifie quelque peu la position de l’Église. Nous verrons en effet plus loin qu’il n’est pas possible de déduire le caractère évolutif du droit naturel du fait que Jean XXIII approuverait un certain socialisme alors que l’Église auparavant se serait attachée à la diffusion de la propriété privée.

En fait, la position protestante en la matière s’explique par une louable et très sourcilleuse exaltation de la foi qui rejette un peu trop vite au second plan les forces naturelles de l’intelligence. Mehl, et beaucoup de protestants auront ce réflexe, refuse de donner la priorité au discernement naturel sur le discernement spirituel qui est, dit-il, « l’une des promesses majeures faites au croyant ». Il est bien entendu, pour le catholique, que la priorité pédagogique n’implique pas une priorité absolue, essentielle. Mais le protestant persiste en écrivant qu’il n’y a pas d’universalité de la raison qui est toujours située historiquement : l’unique « universalité concrète » est celle de « la Seigneurerie du Christ ».

Le seul fondement possible

En somme, le seul fondement possible d’une éthique sociale chrétienne est la parole de Dieu. Et R. Mehl de se réjouir, malgré certaines réserves, que le concile Vatican II, dans Gaudium et spes, rejoigne les préoccupations de l’Église réformée : « il faut souligner, écrit-il, que son mérite inaliénable est précisément de s’ouvrir par une description biblique de l’homme et de sa destinée »[25].

Le Nouveau Testament fonde une éthique sociale en offrant une double vision nouvelle : celle de l’homme devenu, en Jésus-Christ, un frère dont je suis responsable et celle de la marche de l’humanité vers un Royaume déjà inséré dans notre histoire.

L’Évangile crée ainsi un « esprit » qui nous permet de réaliser analogiquement dans la société ce que le Ressuscité réalise déjà dans l’Église qui est son corps. Analogiquement car il n’y pas d’identité entre l’Église et le monde mais il n’y a pas de coupure non plus entre les deux⁠[26]. Fruit d’un « esprit », l’action sociale se greffera sur le témoignage dont elle est indissociable plus que sur les fameux principes auxquels l’Église catholique fait constamment référence.

Les convergences et les rencontres entre catholiques et protestants

Il y a donc entre l’accentuation théologique qui marque la doctrine sociale de l’Église depuis Vatican II et les exigences protestantes une convergence intéressante et prometteuse.

Certains théologiens protestants vont plus loin que Mehl et découvrent à partir de l’Évangile des exigences plus précises. Le célèbre pasteur Dietrich Bonhoeffer (1906-1945), grand résistant au nazisme, parlera des « mandats divins » qui ne concernent pas seulement l’Église mais aussi le mariage, le travail et l’autorité. Il mettra en évidence des droits et devoirs naturels indispensables à la vie de l’Église et de la société. N. H. Soe qui ne cache pas sa sympathie pour Jacques Maritain et pour le pape Jean XXIII essaiera de repenser le droit naturel tandis que l’Allemand H. Gollwitzer (1908-1993) n’hésitera pas à proposer des « principes directeurs » qui doivent guider l’engagement chrétien en politique.

Sur le terrain, il n’est pas rare, dans des pays comme l’Allemagne, déjà avant la seconde guerre mondiale, ou la Suisse, au sein, par exemple, du Centre patronal de Lausanne, de rencontrer des groupes mixtes engagés dans la réflexion et dans l’animation de certains secteurs de la société.

En 1991, avant la publication de l’encyclique Centesimus annus, mais pour célébrer conjointement le centenaire de l’encyclique Rerum novarum et le premier congrès social-chrétien de l’Église réformée des Pays-Bas (1891), l’UNIAPAC (Union internationale chrétienne des dirigeants d’entreprise) a publié un ensemble de réflexions et de documents sur l’enteprise⁠[27]. On y affirme, à propos de l’entreprise, bien sûr, que « le discours social des Églises protestantes rejoint dans ses lignes essentielles l’enseignement de l’Église catholique ». Les auteurs notent toutefois qu’« il se caractérise par une approche plus générale, d’autre part sources sont diffuses. Aucun texte n’exprime, globalement et de façon autorisée, l’enseignement des Églises protestantes dans ce domaine »[28].

Néanmoins, on peut lire, sous la plume du Dr Adrian Kouwenhowen⁠[29] et à propos de la chute du communisme, ces considérations qui ne sont pas très éloignées, nous le verrons, des réflexions qui seront développées dans Centesimus annus. Après avoir analysé les tares de l’économie centralisée, l’auteur reconnaît la libre concurrence comme « l’expression d’un droit fondamental d’initiative personnelle reconnu à l’être humain » et qui « s’inscrit donc parfaitement dans les traditions de la pensée sociale-chrétienne. Le fait que l’aspiration à la liberté ne doive pas être illimitée s’y inscrit également. Les activités économiques et les initiatives de chaque individu doivent être mesurées à partir de normes et de valeurs fondées sur la conception de la vie et du monde, telles que la solidarité, la responsabilité au sein de la société et l’équité sociale ». Enfin, le Dr Kouwenhowen conclut : « C’est sur ce terrain commun que la doctrine sociale catholique et la pensée sociale chrétienne protestante se sont rencontrées au cours des dernières années »[30].

L’éthique sociale et l’Église orthodoxe russe

En 1998, le P. Jean-Yves Calvez⁠[31] et une personnalité russe, Anatole Krassikov⁠[32], ont publié conjointement à Moscou et à Paris, des réflexions catholiques et orthodoxes sur la question de l’éthique sociale.

  1. Krassikov⁠[33] déclare d’emblée qu’« à la différence des catholiques romains, l’Église de la majorité des croyants de Russie a pendant mille ans de son histoire été pratiquement toujours dans la dépendance du pouvoir séculier qui s’est servi d’elle comme d’un ministère de l’idéologie pour la justification de sa politique ». Et donc il ne faut pas s’étonner que « l’Église orthodoxe russe n’ait pas jusqu’à ce jour élaboré sa propre doctrine sociale, une doctrine sociale se distinguant des programmes des gouvernants de l’époque tsariste d’abord, de l’époque soviétique ensuite »[34].

La situation a changé à partir de 1988, après la célébration du millénaire du baptême de la Russie. Ainsi, en 1990, le nouveau patriarche de Moscou, Alexis II, a déclaré, le jour même de son intronisation : « Notre Église - nous le voyons clairement - se met sur le chemin d’un ample service de la société. Au temps de difficiles transformations - d’importance capitale - pour notre pays, l’Église ne reste pas simple spectatrice sans participer aux événements en cours: elle appuie tous les efforts inspirés par le bien et l’humanité qu’entreprend aujourd’hui notre société pour la résolution des problèmes de la construction d’une vie établie sur des principes de légalité et de justice »[35].

En 1994, l’assemblée des archevêques reconnaît la nécessité d’élaborer une doctrine sociale et à partir de 1997, un groupe de travail s’est mis à l’oeuvre⁠[36].

La tâche n’est pas simple. Selon Krassikov toujours, l’Église russe se trouve devant trois difficultés. Tout d’abord, elle n’a aucune expérience en la matière⁠[37]. De plus, elle manque de théologiens non seulement capables de porter un regard critique sur l’histoire de l’Église orthodoxe et de la Russie mais aussi qui soient au courant de ce qui existe ailleurs comme réflexion sociale. Enfin, l’Église russe connaît de fortes pressions nationalistes et anti-œcuméniques.

J.-Y. Calvez, sur le témoignage d’autres collaborateurs russes souligne encore deux autres difficultés. Nombre d’orthodoxes craignent d’une part que la spécificité chrétienne ne se dissolve dans la recherche de valeurs humaines communes et, d’autre part, dénient toute valeur à la morale naturelle.

Il est donc clair devant de telles réticentes qui nous rappellent celles des protestants, que le dialogue avec les orthodoxes peut être aussi facilité par l’approche théologique de la doctrine sociale, à partir des Écritures.

Malgré tous les obstacles énumérés, quelques signes encourageants de dialogue peuvent être signalés. Ainsi, durant l’automne 1999, divers colloques sur l’enseignement social chrétien, les droits de l’homme, la famille, etc., ont été l’occasion de rencontres entre la minorité catholique et les milieux orthodoxes⁠[38]. Le métropolite de Smolensk et Kalingrad, Kirill⁠[39], déclarait lors du 7e Congrès œcuménique de Bose (Italie), en 1999: « L’Église, en Russie, a le devoir de sauver le peuple russe. Elle doit insuffler une dynamique évangélique dans la vie privée de chaque citoyen aussi bien que dans la vie civile de la nation elle-même. Aujourd’hui, nous avons en Russie un grand nombre de croyants, de pratiquants scrupuleux, mais qui ne comprennent même pas quand on leur parle de la relation qu’il peut y avoir entre leur foi et leur vie quotidienne dans la cité.

Nous souhaitons un renouveau de la foi chez les Russes, car nous sommes convaincus que c’est ainsi que l’on pourra reconstruire très concrètement des relations qui permettront à la société de se forger une identité propre respectée, de se développer économiquement, et d’avoir un rôle pacificateur dans le monde ». C’est la doctrine sociale catholique qui servira, en 2000, de référence à une version orthodoxe « élaborée sur la base d’une expérience de plusieurs années (…). Nous ne voulons pas nous replier sur nous-mêmes ; nous voulons être témoins dans le monde (…) »⁠[40].

Et le 16 août 2000, l’Assemblée plénière des 144 évêques de l’Église orthodoxe russe réunie à Moscou a adopté « un document d’une centaine de pages développant les conceptions d’une véritable doctrine sociale de l’Église orthodoxe russe […]. Sont abordées les relations Église-État (stricte séparation, droit à la désobéissance civile en cas de conflit), l’engagement chrétien dans la vie politique et sociale, la justice (partage équitable du produit du travail mais reconnaissance du bien-fondé de la propriété privée), la suppression souhaitable de la peine de mort, la politique de la famille (importance du mariage, opposition à l’avortement), la morale sexuelle, la bioéthique, la protection de l’environnement et des relations entre l’Église et les médias. »[41]


1. Le mot a été créé par Destutt de Tracy en 1796 et peut se définir comme la « science qui a pour objet l’étude des idées (au sens général de faits de conscience) de leurs caractères, de leurs lois, de leur rapport avec les signes qui les représentent et surtout de leur origine » (Lalande).
2. Lalande.
3. In Ludwig Feuerbach, cité par Lalande.
4. COTTIER G., La « doctrine sociale » comme non-idéologie, in Communio, n° 2, mars-avril 1981, p. 46. Le cardinal Cottier, dominicain suisse, fut secrétaire général de la Commission théologique internationale.
5. Cf. SIMON Michel, Comprendre les idéologies, Chronique sociale, 1978, pp. 242 et svtes. Pour une étude plus fouillée : BAECHLER Jean, qu’est-ce que l’idéologie ?, Idées-Gallimard, 1976 ; DELSOL Jean-Philippe, Le péril idéologique, NEL, 1982.
6. C’est la thèse qui fut défendue un peu inconsidérément par CHENU M.-D., in La « doctrine sociale » de l’Église comme idéologie, Cerf, 1979. Pour l’auteur, le concept de doctrine sociale « unanimise des catégories socio-culturelles qui sont la réfraction d’une situation historique et géographique déterminée, et qui, par conséquent, blessent les réalités qu’elles n’ont pas intégrées. Il détemporalise des notions qui sont le produit du temps dans lequel elles furent élaborées. (…) Etaient idéalisées et universalisées des situations locales temporaires : référence à la vie paysanne, régime de civilisation pré-industrielle, coutumes pré-capitalistes, organisations professionnelles, corporatisme, syndicalisme, intervention de l’État, etc. A la limite, c’est la représentation même de Dieu qui préside à cette idéalisation : un Dieu qui éternellement a établi des lois constitutives de l’ordre du monde, qui gouverne par son imperturbable providence, vis-à-vis de laquelle la docilité plus ou moins passive des êtres humains garantit la stabilité sociale et l’autorité » (pp. 88-90). L’article de G. Cottier, déjà cité, répond parfaitement à ces reproches de même que celui de EPP René, A propos de La « doctrine sociale » de l’Église comme idéologie, de M.-D. Chenu, Revue des sciences religieuses, janvier 1980, n° 1, pp.78-88.
7. « L’Église a le devoir, à tout moment, de scruter les signes des temps et de les interpréter à la lumière de l’Évangile, de telle sorte qu’elle puisse répondre, d’une manière adaptée à chaque génération, aux questions éternelles des hommes sur le sens de la vie présente et future et sur leurs relations réciproques. Il importe donc de connaître et de comprendre ce monde dans lequel nous vivons, ses attentes, ses aspirations, son caractère souvent dramatique » (GS 4, 1).
8. « Dans cette approche renouvelée des diverses idéologies, le chrétien puisera aux sources de sa foi et dans l’enseignement de l’Église les principes et les critères opportuns pour éviter de se laisser séduire, puis enfermer, dans un système dont les limites et le totalitarisme risquent de lui apparaître trop tard s’il ne les perçoit pas dans leurs racines. Dépassant tout système, sans pour autant omettre l’engagement concret au service de ses frères, il affirmera au sein même de ses options la spécificité de l’apport chrétien pour une transformation positive de la société » ( OA, n° 36).
9. C’est bien ce que dit Jean-Paul II dans CA (n° 3) : « La présente encyclique cherche à mettre en lumière la fécondité des principes exprimés par Léon XIII, principes qui appartiennent au patrimoine doctrinal de l’Église et, à ce titre, engagent l’autorité de son magistère. Mais la sollicitude pastorale m’a conduit, d’‘autre part, à proposer l’analyse de certains événements de l’histoire. Il n’est pas besoin de souligner que la considération attentive du cours des événements, en vue de discerner les exigences nouvelles de l’évangélisation, relève des devoirs qui incombent aux pasteurs. Toutefois, on n’entend pas exprimer des jugements définitifs en développant ces considérations, car, en elles-mêmes, elles n’entrent pas dans le cadre propre du magistère ». (Ndlr)
10. COTTIER G., op. cit., p. 45.
11. N° 46.
12. CA, n° 54. Dans SRS (n° 41), Jean-Paul II affirme de même que « l’enseignement et la diffusion de la doctrine sociale de l’Église font partie de la mission de l’évangélisation de l’Église ».
13. Président du Conseil pontifical Justice et Paix, in Famille chrétienne, 21-10-1999.
14. in Les droits de l’homme et l’Église, Réflexions historiques et théologiques, Conseil pontifical « Justice et Paix », Cité du Vatican, 1990, p. 66.
15. Il fut professeur d’éthique à la Faculté de théologie protestante de l’Université de Strasbourg.
16. In Pour une éthique sociale chrétienne, Delachaux et Niestlé, 1967.
17. Op. cit., p. 20.
18. On peut sans doute ranger dans cette tendance Rudolf Bultmann et Karl Barth. Au premier, A. Manaranche (in Attitudes chrétiennes en politique, Seuil, 1978, pp. 182-184) reproche un individualisme très libéral qui pousse l’illustre théologien à s’opposer à une quelconque sécurité sociale dans la mesure où l’organisation de la lutte contre la pénurie appauvrit la vie individuelle et communautaire et efface la bonté. Bultmann, toujours selon Manaranche, « voit dans une réalisation sociale chrétienne une « œuvre » s’opposant à la gratuité de la foi, ou bien une apologie de cette foi qui passerait par une démonstration (historique ou politique : c’est le même problème) ; or de telles tentatives lui semblent impies ».
   Au second qui tient à la séparation des deux « règnes », Manaranche impute un « fondamentalisme étroit. Ce n’est pas l’application de la théologie qui est regrettable, mais l’oubli permanent d’une véritable réflexion sur le politique, avec les ressources de la philosophie et des sciences humaines. Bondir prématurément sur le péché ou sur l’eschatologie, c’est se borner à la prophétie en oubliant la sagesse, qui elle aussi appartient à l’Écriture » (id., p. 179).
19. Id., p. 29.
20. Id., p. 30.
21. Op. cit., p. 31.
22. MEHL Roger, op. cit., p. 7. L’auteur se contente de constater le fait sans s’y attarder ni émettre d’avis sur l’engagement du COE.
23. On peut lire à ce propos l’analyse de MUTZENBERG Gabriel, L’éthique sociale dans l’histoire du mouvement œcuménique, Labor-Fides, 1992. L’auteur reproche, par exemple, au COE son soutien son soutien à des mouvements révolutionnaires, son indifférence à la condition de la femme dans certains pays, et des positions radicales et utopiques en matière d’écologie.
24. Op. cit., pp. 37-39.
25. Op. cit., p. 48, note 1.
26. Cf. op. cit., pp. 50-51.
27. Les Églises face à l’entreprise, Cent ans de pensée sociale, Réflexions et documents réunis pour l’UNIAPAC par Philippe Laurent s.j. et Emmanuel Jahan, Centurion, 1991.
28. Op. cit., p. 45.
29. Professeur d’éthique à la Faculté des Sciences économiques de la Vrije Universiteit d’Amsterdam.
30. Op. cit., pp. 51-52.
31. Auteur de nombreux livres sur la doctrine sociale de l’Église (cf. la bibliographie récapitulative), J.-Y. Calvez appartient au Département d’éthique publique du Centre de Sèvres (Paris) et préside le groupe d’études Religion et politique de l’Association internationale de science politique.
32. Ancien secrétaire général du Conseil présidentiel pour la coopération avec les communautés religieuses de Russie, directeur du Centre pour les problèmes de la religion et de la société à l’Institut d’Europe de l’Académie des Sciences de Russie.
33. Église et société, Un dialogue orthodoxe russe-catholique romain, Cerf, 1998, pp. 151-152
34. On peut lire, par exemple, la Lettre ouverte au Patriarche Pimène d’A. Soljénitsyne, in Catacombes, avril 1972 ou Permanences, août-septembre 1972.
35. Cité in CALVEZ-KRASSIKOV A., op. cit., p. 152.
36. Les problèmes qui seront abordés sont classiques et leur énumération évoque irrésistiblement la table des matières de n’importe quel manuel catholique : « les fondements théologiques des relations de l’Église avec l’État dans la société profane ; l’Église et la politique ; l’Église et la nation ; les domaines concrets et les limites de la coopération avec le gouvernement ; l’Église et le sécularisme ; la morale et le droit ; la moralité personnelle, familiale et sociale ; la question du travail et de la répartition de son fruit ; celle de la propriété ; les problèmes de la guerre et de la paix ; la loi et le crime ; les problèmes de la bioéthique ; les problèmes écologiques ; la science, la culture, la formation profanes ; les principes des relations avec les moyens de communication de masse ; les relations internationales » (cf. KRASSIKOV A., op. cit., p. 153).
37. De grands penseurs religieux comme Serge Boulgakov (1871-1945) ou Nicolas Berdiaev (1874-1948) n’ont touché qu’une élite intellectuelle (J.-Y. Calvez, op. cit., p. 157)
38. Cf. Catholiques et orthodoxes en Russie, Eléments pour un dialogue, in L’Homme Nouveau, 7-11-1999.
39. Ministre des Affaires étrangères du Patriarche de Moscou Alexis II, il est le n°2 dans la hiérarchie de l’Église orthodoxe russe.
40. L’Église orthodoxe à la recherche de son identité, in Dimanche, 10-10-1999.
41. Documentation catholique (DC), 1er octobre 2000.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)