⁢d. Fondements du droit

Toutefois, la justification du droit est ici plus développée et approfondie que dans les textes profanes.

Sur le plan rationnel, tout d’abord⁠[1], puisque le texte ne s’adresse pas uniquement à des chrétiens, le droit n’est pas présenté comme le simple produit de la volonté humaine, le fruit d’une « disposition subjective ». Au contraire, il trouve son fondement dans la dignité même de l’homme créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Autrement dit, il découle de sa nature d’être doué d’une volonté libre et de raison. Le propre de l’intelligence humaine est de chercher la vérité et d’y adhérer. Mais cette démarche doit se faire sans contrainte pour être bien conforme à la nature même de l’homme. De plus, l’homme étant un être social poursuit la vérité à travers l’enseignement, l’éducation, l’échange, le dialogue, jouit des fruits de sa découverte individuellement et socialement et les manifeste publiquement.

Dignitatis humanae examine ensuite⁠[2] le droit à la liberté religieuse à la lumière de la Révélation. Certes, la notion de liberté religieuse ne se trouve pas directement, explicitement dans les Écritures⁠[3] mais, en revanche, elles nous montrent l’estime que Dieu a pour l’homme. Le respect de Dieu pour la liberté humaine s’exprime dans le dogme selon lequel l’acte de foi est un acte libre. Comme l’écrit le cardinal König, « le principe constitutionnel de la liberté religieuse n’est donc pas une conclusion du dogme chrétien de la liberté de la foi ; mais il est en pleine consonance avec ce que le dogme exige en fin de compte ».⁠[4] La réponse de foi donnée à Dieu par l’homme qui reçoit sa Parole, doit être volontaire et non contrainte.

Le principe de la liberté religieuse est donc conforme à la Révélation, à la manière d’agir du Christ et des Apôtres, à la manière d’agir de l’Église lorsqu’elle fut fidèle à la pédagogie de l’Évangile.


1. Articles 2 à 8.
2. Articles 9 à 12.
3. Si la religion d’Israël est hospitalière pour l’étranger, elle est intolérante pour ses dieux. Les idoles doivent être détruites de même que leurs sectateurs. Toutefois, la force est utilisée pour défendre la vérité, non pour l’imposer. Les princes maccabéens, imposant aux étrangers la circoncision, iront au delà de cette loi. Enfin, la distinction opérée par Jésus entre spirituel et temporel mettra très longtemps à convaincre les esprits que le « prince » n’a pas à imposer sa religion à la « tribu ». Ce qu’auront tendance à faire bien des princes chrétiens, catholiques ou protestants.
4. In Documents conciliaires 3, Centurion, 1966, p. 346.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)