⁢iii. Les solutions rationnelles et légitimes pour la paix entre les états

Le souci de la paix est aussi ancien que la guerre et il lui est lié si bien que la construction de la paix a pu être comparée au travail de Sisyphe⁠[1].

A toutes les époques, les hommes de paix ont placé leurs espoirs dans la morale, le droit ou une forme ou l’autre d’alliance politique.

En même temps, est né, ici ou là, le rêve d’unir le monde entier ou la partie la plus large de ce monde sous une même autorité pacificatrice.⁠[2]


1. Cf. GOYARD-FABRE Simone, La construction de la paix ou le travail de Sisyphe, Vrin, 1994. S. Goyard-Fabre fut professeur de philosophie à l’Université de Caen.²
2. Raymond Aron distingue trois types de paix : paix d’équilibre, dont nous parlerons plus loin, paix d’empire et paix d’hégémonie. « En un espace historique donné, écrit-il, ou bien les forces des unités politiques sont en balance, ou bien elles sont dominées par celles de l’une d’entre elles, ou encore surclassées par celles de l’une d’entre elles. » (Paix et guerre entre les nations, Calmann-Lévy, 1969, p. 158). R. Aron (1905-1983) est un philosophe, sociologue, politologue et journaliste français.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)