⁢b. La position de l’Église

C’est lors du Concile Vatican II que l’Église catholique prendra position de manière claire et très officielle à travers la déclaration « Dignitatis humanae ».

Il y a, on le sait, dans les documents du Concile, trois genres différents : les constitutions, les décrets et les déclarations.

La constitution est un développement dogmatique (Lumen gentium, sur l’Église ; Dei verbum, sur la Révélation) ou présente un développement dogmatique qui fonde des dispositions pratiques (Sacrosanctum concilium, sur la sainte liturgie) ou des instructions pastorales (Gaudium et spes, sur l’Église dans le monde de ce temps).

Le décret a une finalité pratique dont les enracinements sont à rechercher dans Lumen gentium[1].Enfin, dans une déclaration⁠[2], les dispositions pratiques préconisées ne s’adressent pas seulement aux membres de l’Église et ne se déduisent pas immédiatement de la Révélation. Ainsi, Dignitatis humanae recommande l’application de certains principes à toutes les collectivités civiles existantes et à venir. Celles-ci, bien sûr, relèvent de différentes traditions culturelles qui sont elles-mêmes imprégnées plus ou moins de diverses traditions religieuses ou anti-religieuses. Par ailleurs, Dignitatis humanae fonde, dans sa première partie, le principe de la liberté religieuse sur une philosophie de la personne accessible théoriquement à toute intelligence. Mais cette philosophie est implicitement chrétienne et la seconde partie montre que cette conception a ses racines dans la Révélation ce qui garantit son enracinement dogmatique⁠[3].

Le sous-titre de cette déclaration limite d’ailleurs la portée du texte à la société politique en parlant « Du droit de la personne et des communautés à la liberté sociale et civile en matière religieuse ».⁠[4]


1. Il y a 9 décrets : Christus Dominus, sur la charge pastorale des évêques dans l’Église ; Presbyterorum ordinis, sur le ministère et la vie des prêtres ; Optatam totius Ecclesiae renovationem, sur la formation des prêtres ; Perfectae caritatis, sur la rénovation et l’adaptation de la vie religieuse ; Apostolicam actuositatem, sur l’apostolat des laïcs ; Ad Gentes divinitus, sur l’activité missionniare de l’Église ; Unitatis redintegratio, sur l’œcuménisme ; Orientalium Ecclesiarum, sur les Églises orientales catholiques ; Inter mirifica, sur les moyens de communication sociale.
2. A côté de Dignitatis humanae, on trouve encore deux déclarations : Nostra aetate, sur les relations de l’Église avec les religions non chrétiennes et Gravissimum educationis momentum, sur l’éducation chrétienne.
3. Il est important de lire chaque document conciliaire dans le contexte de l’ensemble des textes. La lecture sérieuse de Dignitatis humanae suppose, au moins, celle de Lumen gentium, Gaudium et spes et Gravissimum educationis momentum.
4. On sait le rôle important joué par le P. John Courtney-Murray sj dans l’élaboration de ce document.
Dernière modification March 12, 2021: Configuration of print function. (1b0f8d8)